Home Environnement/Santé Financement de la Planification familiale: Le Benin peut mieux faire afin de...

Financement de la Planification familiale: Le Benin peut mieux faire afin de réduire la mortalité maternelle

244
0

La disponibilité des produits constitue est une condition principale pour l’accès aux méthodes de contraception moderne. A ce sujet, l’Etat béninois s’est engagé en décembre 2021 à augmenter continuellement le budget alloué à l’achat des produits contraceptifs pour atteindre 403 millions de francs CFA en 2026. L’horizon apparait porteur d’espoir pour y parvenir, pourquoi pas aller au-delà. L’enjeux ici vaut bien la peine.

« A partir de 2022 et sur la base des 250 millions de francs CFA affectés en 2019, augmenter de 10 % chaque année le budget alloué par le gouvernement à l’achat des produits contraceptifs pour porter la part contributive de l’Etat à 403 millions en 2026 ». L’engagement est pris par l’Etat béninois. En respect de ceci, une ligne de 275 millions de francs CFA devrait être inscrite dans le budget 2022. Même si elle n’a pas encore toutes les preuves de l’existence d’une telle ligne, la Coalition des organisations de la société civile pour la Planification familiale (PF) au Bénin rapporte que l’Etat a déjà investi 300 millions de francs CFA cette année. « Un effort est fait ; on sent une volonté politique », avoue le coordonnateur Jérôme CHATIGRE. « On a constaté qu’il y a beaucoup de produits sur le terrain », rapporte-t-il. C’est en effet là, l’intérêt du respect de cet engagement financier. Il s’agit de l’« Amélioration de la disponibilité des produits contraceptifs, ce qui induirait la disponibilité des services de PF surtout au niveau périphérique ». Cet engagement a un lien direct avec l’engagement 4 qui est de « Réduire le taux de rupture de stock de 78% en 2019 à 35% en 2026 à travers l’amélioration de la disponibilité des produits contraceptifs jusqu’au dernier kilomètre ».

Ceci apparait une solution aux besoins non satisfaits encore autour de 32,3% au Bénin selon l’EDSBV 2018. « Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2020, la proportion de femmes en âge de procréer utilisant les méthodes modernes de la planification familiale était de 75,16% à l’échelle mondiale. Toutefois, moins de la moitié des besoins de planification familiale était satisfaite en Afrique Centrale et de l’Ouest.»https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/family-planning-contraception-. 

Conséquence, la maternité non planifiée est assez fréquente. « Elle représente 19% des naissances entre 2007 et 2012 », selon Guttmacher Institute dans son rapport Pratique contraceptive au Bénin en 2015. « Quand la femme rate le produit le matin, peut-être, la nuit elle peut tomber enceinte », indique Jérôme CHATIGRE. C’est avec les risques probables qui s’en suivent dont la mortalité. Lorsque la prévalence contraceptive va décroissante, la courbe de la mortalité maternelle s’en va croissante. D’après l’évolution des indicateurs de la santé sexuelle et reproductive présentée en juillet 2022 par Clarisse AHANHANZO AGONLO sur la base des différentes enquêtes démographiques de la santé (EDS) au Bénin, lorsque le taux de prévalence contraceptive a augmenté de 3,4 en 1996 à 12,5 en 2014, le ratio de mortalité maternelle pour 100.000 naissances vivantes a chuté de 498 à 351. Mais lorsque la contraception a connu une diminution à 12,4 en 2017, la mortalité maternelle est montée rapidement à 391. « La PF est le premier pilier de la réduction de la mortalité maternelle. La PF concoure à la capture du dividende démographique aussi », rappelle Jérôme CHATIGRE.

Il est nécessaire que l’Etat béninois poursuive ses efforts financiers pour maintenir la disponibilité des produits. Le faire participe de la lutte contre le décès des femmes dans leur expérience de la maternité, « des femmes qui meurent en donnant la vie ». C’est aussi de permettre à chaque fille et femme de vivre une sexualité saine. « Quand il y a disponibilité de produits, les besoins non satisfaits diminuent, cela améliore la santé de l’enfant et de la mère », expose le coordonnateur de la Coalition des OSC pour la PF au Bénin. Au-delà, il faudra que les fonds soient disponibles à temps au titre d’un exercice budgétaire donné, qu’ils servent réellement à l’achat des produits et que ces produits soient rendus disponibles jusqu’au dernier kilomètre sur le territoire national. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here