Home Religion/Culture Lyon en France: Patrick DJOSSOU et Joël GLÈLÈ révèlent le Bénin à...

Lyon en France: Patrick DJOSSOU et Joël GLÈLÈ révèlent le Bénin à la Biennale des langues

365
0

L’écrivain et promoteur des Journées Poétiques Béninoises, Joël GLÈLÈ, et Patrick DJOSSOU, lui aussi écrivain mais en plus journaliste spécialisé en Langage, Littérature et Culture, étaient deux des ambassadeurs du Bénin à l’édition 2022 de la Biennale des langues à Lyon en France du 19 au 22 mai dernier.

Les couleurs béninoises ont bien brillé dans la ville de Lyon en France du 19 au 22 mai 2022. Spécifiquement sur la Biennale des langues. C’est à travers les communications et les prestations artistiques des poètes Joël GLÈLÈ et Patrick DJOSSOU soutenus par le Fonds des arts et de la culture. La Biennale des langues de Lyon est une sorte d’Exposition Universelle sur les Langues en général, la Langue Française en particulier. C’est un rendez-vous mondial pour promouvoir la multiplicité d’utilisation de la langue française, avec tous les francophones qui l’enrichissent, par leurs usages de la langue de Molière. Elle est l’initiative de La Caravane des Dix Mots, une structure lyonnaise valorisant la diversité linguistique et particulièrement celle de la langue française.

Durant les quatre jours qu’a duré l’événement, les deux ambassadeurs béninois, tous membres de La Caravane des Dix Mots, ont eu chacun des moments forts pour défendre leur pays. Déjà le jeudi 19 mai 2022, c’est Patrick DJOSSOU qui a présenté sa communication sur « Les langues face au brassage linguistique : cas du français béninois ». Dans cette communication, l’auteur de « Figures de Style au goût du Stylo » a « montré la subtile relation que le Bénin, quartier latin de l’Afrique, tient avec la langue française, en souhaitant « Bonne Arrivée » (le bon français dit : « Soyez les bienvenus ») aux visiteurs et en offrant à certains « la viande de chercheur ou de Gabriel » ( « porc, cochon, verrat, truie…») ».

Après le plus poète des journalistes, Joël GLÈLÈ a planché le lendemain sur le thème « La langue, véhicule de la tradition orale africaine : cas du Bénin ». Auteur de « Procès des Lettres françaises », le poète a démontré « comment, par les panégyriques, paraboles, proverbes, dictons, adages, devinettes, contes, mythes, légendes et épopées, la traduction orale africaine en général, béninoise en particulier, fait usage sublime de la langue, pour perdurer, surtout en la gravant sur support »

A cette biennale, « les participants, venus tant de l’Afrique francophone que des Départements et Territoires Outre-Mer (Martinique, Guadeloupe, Guyane et autres) ou même de Haïti, ont mis ensemble leurs savoirs, savoir-faire et savoir-être pour démontrer qu’un apprentissage à partir de la langue maternelle rend la langue française plus abordable, plus accessible, plus attractive, plus attrayante et plus attirante pour l’apprenant de bas âge », nous rapporte Patrick DJOSSOU. « Et c’est la conclusion des plus grands socio-linguistes du monde », ajoute le poète. 

A l’en croire, ces moments ont permis également à la délégation béninoise de nouer des partenariats avec des universitaires, écrivains, éditeurs, libraires, bibliothécaires et autres experts de la chaîne du livre et de la Langue. « Le Bénin, quartier latin de l’Afrique, ne devra pas rater ce rendez-vous mondial de l’histoire des langues, en inscrivant ce paramètre dans ses curricula de formation…pour être toujours le pays béni linguistiquement… », défend Patrick DJOSSOU. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here