Home Politique Administration territoriale : Voici ce qui est reproché aux SE révoqués dans trois...

Administration territoriale : Voici ce qui est reproché aux SE révoqués dans trois mairies

785
0

Trois secrétaires exécutifs (SE) des mairies dont révoqués. Il s’agit du SE de la mairie de Houéyogbé Moutawakilou ASSAN AOUDOU, le SE de la mairie de Cotonou Nestor Manonwomeh BOSSOU et celui de Sèmè-Podji, Patrice Lafia. La décision est intervenue en Conseil des ministres ce mercredi 12 avril 2023 après une mission de la cellule de suivi et de contrôle de la gestion des communes. « Il leur est reproché des actes constitutifs de violation des règles de déontologie administrative, de l’orthodoxie financière, d’abus de pouvoir et/ou d’atteinte grave aux intérêts de la commune », indique le Conseil des ministres.

D’après le compte-rendu du Conseil des ministres, il reproché au SE de Houéyogbé d’avoir maintenu hors les livres du Trésor public, des comptes de la commune au mépris des directives du ministre de l’Économie des Finances ordonnant la clôture de ces comptes. Il est aussi passé outre l’orthodoxie financière en autorisant pour un montant de 9.017.500 francs CFA des opérations de décaissement sur les comptes contenus dans les livres de la CLCAM de Houéyogbé alors que seul le trésorier communal est habilité pour effectuer des opérations de recettes et de dépenses de la commune. 

Le SE de la commune de Cotonou s’est lui immiscé à une étape qui n’était en rien concerné par ses fonctions dans la procédure de passation du marché relatif à la réhabilitation des installations du réseau d’éclairage public de la ville de Cotonou à l’occasion de la fête du 1er août 2022. Il a aussi approuvé un marché d’acquisition de véhicules au profit des services de la mairie, des responsables et du trésorier communal, en violation de la réglementation sur la gestion du parc des véhicules et autres équipements motorisés de l’État, fait savoir le Conseil des ministres.

En ce qui concerne le SE de Sèmè-Podji, il lui est reproché, d’après le compte-rendu du Conseil des ministres, d’avoir approuvé, pour un montant de 54.280.000 F CFA TTC un contrat de marché pour lequel les crédits nécessaires n’étaient pas prévus au budget de la commune et ce, en dépit des dispositions du code des marchés publics. Il a aussi approuvé 7 contrats de marchés sans le visa du contrôleur financier. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here