Home Environnement/Santé Plaidoyer financier pour la Planification familiale: GRAFED se réjouit des fruits à...

Plaidoyer financier pour la Planification familiale: GRAFED se réjouit des fruits à mi-parcours mais maintient la veille

77
0

L’ONG GRAFED a fait un point à mi-parcours des résultats de son projet de plaidoyer pour la mobilisation de ressources gouvernementales pour l’accroissement et la sécurisation de l’approvisionnement en produits de santé de la reproduction, le mercredi 26 juillet 2023. Face à la presse dans les locaux de la CEB à Abomey-Calavi, le Directeur exécutif de l’Ong s’est dit satisfait des premiers résultats du projet. Jérôme CHATIGRE a salué la volonté politique du gouvernement béninois mais en même temps dit ne vouloir jamais baisser la garde afin d’amener le gouvernement à maintenir le cap, voire faire davantage.

Après 11 mois de mise en œuvre, l’Ong GRAFED note que son plaidoyer est en train de porter de bons fruits autour du financement de la Planification familiale. C’est le projet de plaidoyer pour la mobilisation de ressources gouvernementales pour l’accroissement et la sécurisation de l’approvisionnement en produits de santé de la reproduction. C’est un projet mis en place dans le but, entre autres, d’accompagner le gouvernement à respecter ses engagements en faveur de la Planification famille notamment l’engagement financier pris en décembre 2021. « A partir de 2022 et sur la base des 250 millions de francs CFA affectés en 2019, augmenter de 10 % chaque année le budget alloué par le gouvernement à l’achat des produits contraceptifs pour porter la part contributive de l’Etat à 403 millions en 2026 », s’était-t-il engagé.

A l’analyse des impacts du plaidoyer, Jérôme CHATIGRE, le Directeur exécutif de GRAFED ONG affirme que « les résultats sont bons par rapports à l’achat des produits contraceptifs ». Lors du point fait à la presse le mercredi 26 juillet 2023 à la CEB à Abomey-Calavi, il fait noter qu’en 2022, le Bénin est allé au-delà de l’engagement pris. Pour preuve ! Selon l’engagement pris, la ligne budgétaire de 2022 pour l’achat des produits contraceptifs devrait être de 275 millions francs CFA. Mais il y a été investi 300 millions francs CFA soit une augmentation de 20% au lieu de 10%. En plus, pour l’année 2023, les informations reçues font état d’une prévision de 500 millions francs CFA dépassant déjà le seuil prévu pour 2026. Au-delà, il y a eu d’autres avancées dont l’amélioration du cadre juridique avec la revue de la loi 2003-04 relative à la santé sexuelle et de la reproduction avec déjà les décrets d’applications.

Au regard de tout ceci, Jérôme CHATIGRE reconnait qu’« il y a une volonté politique affichée en faveur de la planification familiale » qu’il faut saluer et encourager. Toutefois, il souligne que ce n’est pas une raison pour abandonner le plaidoyer. Au contraire, il faut le renforcer vu les défis qui sont encore énormes. « Nous sommes satisfaits mais nous n’allons pas dormir sur nos lauriers. Nous allons continuer le plaidoyer pour que le gouvernement maintienne le cap », martèle Jérôme CHATIGRE.

Rappelons qu’au Bénin, les statistiques affichent un taux de prévalence contraceptive de 12,4%, un taux de Mortalité Maternelle de 391 décès maternels pour 100.000 nouveaux nés et 32,3% de besoins non satisfaits en Planification familiale, d’après l’EDSBV 2018. L’indice de fécondité est de 5,7 enfants par femme. Ces données justifient bien la nécessité de renforcer les actions au profit de la Planification familiale. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here