Home Enseignements Projet régional « Ressources éducatives »: L’évaluation des manuels scolaires dans 6...

Projet régional « Ressources éducatives »: L’évaluation des manuels scolaires dans 6 pays d’Afrique francophone lancée depuis Cotonou

451
0

Les missions d’évaluation des manuels scolaires au primaire au 1er cycle du secondaire au Bénin, Burundi, Madagascar, Niger, Sénégal et au Togo sont lancées. C’est dans le cadre du projet « Ressources éducatives » initié et financé par l’Agence française de développement (Afd) et mis en œuvre par l’UNESCO et l’Institut français. Le Top a été donné depuis Cotonou au Bénin le jeudi 11 novembre 2021, à travers un atelier régional de lancement officiel. 

Améliorer la qualité des manuels scolaires à travers leur évaluation en tant que guide mis au service de la formation et de l’apprentissage et de prendre toutes décisions idoines capables de remédier aux insuffisances. Tel est, selon le Ministre béninois des enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, le but de l’atelier régional de lancement officiel de l’étape d’évaluation des manuels scolaires qui s’est déroulé jeudi 11 novembre 2021 à Cotonou. C’est une étape de la composante 2 du projet « Ressources éducatives » initié et financé par l’Agence française de développement (Afd) et mis en œuvre par l’UNESCO et l’Institut français. Ce projet contribue à l’atteinte de l’Objectif de développement durable (ODD) n°4 « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ». Il vise à renforcer l’accès des élèves du primaire et du secondaire en Afrique subsaharienne francophone à un ensemble de ressources éducatives diversifiées et de qualité (matérielles et numériques), d’après le représentant du directeur du Bureau régional de l’UNESCO Afrique de l’Ouest/Sahal, Youssouf Ouattara, responsable principal du projet. C’est un projet qui agit sur trois axes essentiels à savoir, les politiques et stratégies pour les ressources éducatives, les contenus pédagogiques et les littératures de jeunesse. La composante 2 où est logée la présente phase d’évaluation vise spécifiquement à « améliorer l’environnement de conception, de production et de diffusion des ressources éducatives à usage individuel et collectif dans les pays d’Afrique francophone ». 

Le tableau des défis

Il s’agit d’une étape importante dans le projet et d’une activité capitale dans le processus d’amélioration des systèmes éducatifs, à en croire le ministre Salimane Karimou. « Il est important de procéder périodiquement à son évaluation – le manuel, ndlr- pour s’assurer de sa qualité et de son efficacité ».  Ceci, pour répondre aux défis et assurer la pleine disponibilité des ressources éducatives de qualité au profit des établissements scolaires et des élèves du niveau primaire et du secondaire. L’état des lieux des systèmes éducatifs en Afrique subsaharienne montre que ces défis sont nombreux, a rapporté Youssouf Ouattara. « Aucun pays d’Afrique francophone subsaharienne n’a atteint le ratio d’un manuel par élève en lecture et calcul au primaire. Cette pénurie est encore plus marquante au secondaire », a-t-il informé. « Au déficit quantitatif s’ajoute souvent la faible qualité, le manque de pertinence des manuels au regard des programmes ou des orientations que la société veut donner à l’éducation de ses enfants, les besoins de renforcement de capacités des enseignants, etc. », a-t-il ajouté. Du coup, « ce projet vient à point nommé pour doter les pays d’un outil efficace pour juger la qualité des manuels en usage mais aussi pour accompagner les réformes curriculaires », dira le Secrétaire général de la Conférence des ministres de l’enseignement de l’Afrique francophone (CONFEMEN), Professeur Abdel Rahamane Baba-Moussa. 

Parvenir à des solutions modernes et idoines aux insuffisances des manuels scolaires

La présente évaluation dans les six pays participants se focalisera sur la qualité des manuels et leur alignement avec les curricula et les besoins de développement basés sur les avancés scientifiques récentes dans les domaines de la pédagogie et de la didactique et des résultats des évaluations des acquis des élèves, a précisé le Ministre Salimane Karimou. Elle offre aussi, selon le ministre, « des possibilités de comparaison des manuels scolaires officiels en usage dans ces différents pays pour en améliorer la qualité ». « Nous nous devons de trouver des moyens modernes scientifiques d’évaluation et de sélection des manuels scolaires surtout dans les disciplines fondamentales », a lancé le ministre.

Il est à noter qu’il ne s’agit pas de classer les manuels en bon ou en mauvais. C’est plutôt un processus d’amélioration continue de la qualité des intrants pédagogique pour répondre aux attentes en termes de meilleur apprentissage, a relevé le responsable du projet. Le SG de la CONFEMEN encourage les équipes des pays à ne ménager aucun effort pour finaliser à temps leur rapport afin de permettre la consolidation du rapport général du projet tant attendu dans la perspective d’élargir le projet à un éventail plus large de pays d’Afrique francophone.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here