Home Politique « Wà cinéma »: Les cinéphiles de « Le Centre » découvrent « La nuit des rois »...

« Wà cinéma »: Les cinéphiles de « Le Centre » découvrent « La nuit des rois » de Philippe Lacôte

239
0

Le programme cinématographique mensuel dénommé « Wà Cinéma » entamé le 7 mai 2021 au complexe artistique et culturel « Le Centre » à Lobozounkpa dans la commune d’Abomey-Calavi se poursuit bien. Vendredi 6 mai dernier, les cinéphiles ont eu droit au deuxième long métrage « La nuit des rois » du réalisateur ivoirien Philippe Lacôte qui plonge dans les réalités d’une prison particulière au monde notamment en Afrique et dans des contes et légendes du continent.

Sur le géant écran du complexe artistique et culturel « Le Centre » le soir du 6 mai 2022 à Lobozounkpa, « La nuit des rois » de Philippe Lacôte. Un long métrage nominé au prix écrans canadiens du meilleur film et au prix Orizzonti du meilleur film à la Mostra de Venise puis distingué au NAACP image award for Outstanding international motion picture. Les habitués du rendez-vous cinématographique des premiers vendredis du mois à « Le Centre » ont la chance de vivre un film réalisé sur un modèle particulier.  

Dans sa réalisation, le cinéaste ivoirien conduit dans les réalités de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), l’une des prisons les plus surpeuplées d’Afrique de l’Ouest, avec la particularité d’être officieusement dirigée par un détenu. Tout puissant, Barbe Noire est menacé par la maladie et son règne court à grande vitesse vers sa fin mais il veut s’offrir une rallonge. Du coup, il fait recours à une vieille tradition, « Roman » pour la nuit des rois. 

Barbe noire

Un prisonnier est désigné « Roman ». La nuit, il doit raconter une histoire. La chute ne doit pas intervenir avant le jour. Autrement le « Roman » sera tué. Barbe Noire fait porter cette croix à un jeune homme qui arrive à la MACA pour la première fois. Contre toute attente, le néophyte réussit. Dans cette prison où même les officiers de l’armée sont impuissants face à la cruauté à fond des prisonniers sous le pouvoir de Barbe Noire, il s’y est trouvé toutefois un ange pour filer le code au jeune homme. Puis il s’en sort en puisant dans les talents de sa tante griotte avec l’histoire de Zama king.

Dans « la nuit des rois », on découvre des coulisses de la guerre des successions, le quotidien dans les maisons d’arrêt en Afrique mais aussi la beauté et la richesse des contes et légendes d’Afrique. Le récit de griot en voyage entre le milieu carcéral, la vie politique et la cour des royaumes en Côte d’Ivoire est habillé de chants polyphoniques, de chorégraphies et de théâtres aux couleurs africaines notamment ivoiriennes. A travers ce voyage dans un pan de l’histoire sociopolitique et culturelle de la Côte d’Ivoire sous fond de conscientisation des peuples, la soirée est tout simplement un autre voyage dans les arts et culture de l’Afrique à travers le 7ème art.  

« Wà cinéma permet de mieux connaitre la culture africaine », disait Salinas Hinkati, le coordonnateur du programme. Dans cette initiative de projection exclusive de films africains, Le Centre apporte en effet sa contribution pour faire renaître la culture cinématographique au Bénin et en particulier dans la commune d’Abomey-Calavi où il est implanté. Le prochain rendez-vous de « Wà cinéma » est déjà pris. C’est pour le vendredi 3 juin 2022 à partir de 20h. A l’écran, il y aura « La miséricorde de la jungle » du rwandais Joël Karekezi. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here