Home Enseignements Examens scolaires 2022 au Bénin : Le Ministre Kouaro Yves CHABI s’imprègne...

Examens scolaires 2022 au Bénin : Le Ministre Kouaro Yves CHABI s’imprègne du niveau des préparatifs du BEPC 

227
0

Le démarrage de la composition des épreuves écrites du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC), session de juin 2022,  est annoncé pour  le 13 juin prochain. En prélude au déroutement de cet examen,  le ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, Kouaro Yves CHABI accompagné de certains de ses collaborateurs, a effectué le samedi 28 mai 2022, une descente à la Direction des Examens et Concours (DEC) à Porto-Novo. L’objectif est de s’imprégner du déroulement des préparatifs.

A l’occasion de cette descente de l’autorité de tutelle, le Directeur des Examens et Concours (DEC), Dr Roger KOUDOADINOU s’est dit honoré de la visite de son ministre qui vient constater une bonne évolution des travaux préliminaires à la phase écrite de cet examen. A l’en croire, les préparatifs vont bon train. « Nous avons pu lui montrer que nous sommes fin prêt et que tout le matériel sensible autant que lourd est déjà conditionné. A présent, il ne nous reste qu’à faire ébranler ce matériel sur toute l’étendue du territoire. Pour la particularité de cet examen, il reviendra à Monsieur le ministre de la révéler », a précisé le Directeur.

« Je suis satisfait du niveau d’avancement des préparatifs »

Dans l’ensemble, l’autorité s’est dite satisfaite du niveau de préparation de l’examen avec le DEC, Dr Roger KOUDOADINOU. « C’est mon deuxième baptême. En 2021, j’étais ici pour le même baptême avec succès. Cette année, je reviens et j’ai pu faire un petit exercice technique avec les cadres techniques et les collaborateurs pour m’enquérir de l’évolution des préparatifs. J’ai pu visiter toutes les salles où il y a le matériel sensible et autres. Je puis vous rassurer que la feuille de route que nous avons préalablement établie dans le cadre de l’organisation des examens est en train de se dérouler correctement. Je suis satisfait du niveau d’avancement des préparatifs », ainsi s’exprimait le ministre CHABI au terme de son périple.

La dynamique de la dématérialisation

Le ministre CHABI a saisi l’occasion pour mettre  un accent sur la réforme sur la dématérialisation qui facilite depuis deux ans les préparatifs. « Nous allons continuer  la dématérialisation de l’organisation du BEPC. L’an dernier, nous avons dit que l’établissement des listes de surveillants et de correcteurs se fera de façon automatique. Ce qui a été fait. Cela nous avait permis de gagner en temps, en énergie et en argent. Ce qui a permis de répérer tous les trafics qui s’opéraient autour de cette question », a fait remarquer l’autorité.

Fin du format classique  du BEPC au Bénin

De l’intervention du ministre Kouaro Yves CHABI, cette année sera la dernière fois que le BEPC format classique avec la formule Moderne Court (MC) et Moderne Long (ML) sera organisé. C’est donc dire qu’à partir de 2023, il n’y aura plus ni ML, ni MC tout simplement parce que depuis 2 ans tous les apprenants  de la classe de 4ème sont obligés de faire PCT. Ce qui n’était pas le cas par le passé, parce que c’était optionnel… Donc en 2023, tous les candidats de la 3ème passeront le BEPC. Ce qui sera facultatif est soit l’allemand ou l’espagnol, explique l’autorité avant de lancer un appel aux enseignants, parents et candidats pour leur implication effective pour la mise en exécution des devoirs de chacun.  

Les précisions sur le BEPC 2022

Pour le compte de cette session de juin 2022, 119.746 candidats sont inscrits contre 145.959 candidats en 2021. Il y a une baisse d’effectifs de 26.213 candidats par rapport à l’année dernière.

Au niveau du nombre de centres de composition, il y a aussi une baisse de 23 centres. Les candidats seront répartis dans 211 centres de composition sur toute l’étendue du territoire national contre  234 en 2021 et 233 en 2020. Une baisse qui s’explique par les réformes en cours dans l’enseignement technique et professionnel. « Il y a l’effet tangible du discours du gouvernement incitant les parents à paramétrer leur perception de la formation technique et professionnelle. Ce qui contribue  grandement désormais à effacer le mythe de l’ »akowé » qui doit faire des études d’ordre général et de longues études jusqu’à finir tous les  diplômes disponibles à l’Université. Ce discours du gouvernement visant à réorienter la perception  de l’opinion publique par rapport à la problématique de l’emploi fait que, apprenants comme parents sont de   plus en plus disposés psychologiquement à voir autres filières de formation  comme  données pertinentes de profil d’emploi pour le futur comme de longues études »,   a clarifié le DEC du secondaire, Dr Roger KOUDOADINOU.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here