Home Enseignements Année scolaire 2022-2023: Près de 300 millions FCFA de contributions communautaires à...

Année scolaire 2022-2023: Près de 300 millions FCFA de contributions communautaires à la cantine scolaire dans le Borgou

111
0

(Le préfet Mama Cissé s’associe au PAM pour la sensibilisation des communautés)

Les sensibilisations que mènent le Programme alimentaire mondial (PAM) avec les Ong partenaires à la base pour l’implication communautaire au Programme national d’alimentation scolaire intégré (PNASI) du gouvernement béninois portent des fruits. Les communautés s’impliquent de mieux en mieux et se manifestent de diverses manières. Le Borgou fait parler de lui.

Dans la mise en œuvre des cantines scolaires dans le département du Borgou, les diverses contributions en nature et en espèce au cours de l’année scolaire 2022-2023 sont évaluées à 282.507.245 FCFA dont 142.585.019 FCFA d’apport en espèce, d’après l’assistant projet du PAM dans le Borgou 1, Aliou Sabam Imorou. Le taux d’installation de mécanisme de pérennisation du programme s’élève à 82% dans le département.

Dans 490 écoles sur les 598 à cantine dans le département, il y a des initiatives de pérennisation à savoir les jardins scolaires, les champs scolaires, les unités d’élevage et des activités génératrices de revenus dont la transformation de produits agricoles et la fabrication de savon et des emballages biodégradables.

Le parrainage des écoles

Le Borgou est l’un des départements qui ont pu capitaliser le parrainage des écoles. 101 écoles dans les communes de Nikki, Pèrèrè, Kalalé, Tchaourou, N’dali et Parakou sont parrainées par des élus locaux pour le bon fonctionnement des cantines scolaires, fait savoir Aliou Sabam Imorou. A ses dires, la sensibilisation se poursuit pour renforcer l’implication des parents dans toutes les communes. 

A Parakou par exemple, l’ambition est de passer à 100% de couverture des écoles grâce à la contribution des parents, confie le premier adjoint au maire de la ville. Il informe qu’en attendant, la mairie a décidé d’inscrire dans le collectif budgétaire, une ligne pour appuyer la cantine scolaire. Elle s’élève à 5.000.000 F CFA au titre de cette année.

Les communautés, la clé de pérennisation du PNASI

C’est heureux que des élus locaux aient pris l’engagement de parrainer des écoles, selon le préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé. Toutefois, il émet des inquiétudes sur la durabilité de cette solution. Elle ne lui parait pas la plus idoine pour la pérennisation du programme. « Lorsque ces élus ne seront plus au poste, que deviendront ces écoles ? Est-ce que d’autres élus qui viendront le feront aussi ? », interroge-t-il. 

Pour le préfet, le gage de la pérennisation du PNASI, c’est l’appropriation du programme par les communautés elles-mêmes. L’engagement des parents est le pilier des solutions, selon lui. Les élus doivent les organiser autour d’initiatives de pérennisation, conseille le préfet. « Un programme d’alimentation scolaire ne peut être durable sans l’implication effective et continue de la communauté », dira le représentant résident du PAM au Bénin, Ali Ouattara. C’est son message central au cours de la tournée qu’il effectue actuellement dans le nord-Bénin. Dans les écoles pour constater la reprise effective des activités de cantine en ce début d’année scolaire, le représentant résident échange aussi avec les communautés et les autorités départementales, communales et locales. C’est pour sensibiliser à l’implication des populations en vue de concrétiser le volet pérennisation du PNASI. 

Spontanément, le préfet du Bourgou s’est joint à la délégation du PAM pour se rendre aussi dans les écoles visitées sur son territoire dans la journée du mercredi 20 septembre 2023. En appui au message du représentant résident, le préfet a rappelé aux communautés rencontrées que l’objectif principal de la cantine scolaire est de favoriser la scolarisation et le maintien des enfants à l’école puis l’amélioration des résultats scolaires. 

Tout en félicitant les parents pour les efforts qu’ils fournissent déjà, le préfet les a invités à en faire davantage. « La vie et la survie des cantines scolaires dépendent de l’appropriation que les communautés en font », a martelé le préfet à l’Ecole primaire publique de Tobou-Kparou en présence du roi de cette communauté, sa majesté Bah-Gnami Gnimian. L’autorité préfectorale a remercié le représentant résident du PAM pour ses descentes dans les écoles de même qu’auprès des autorités décentralisées pour sensibiliser et aussi discuter des défis et approches de solution, ensemble avec tous les acteurs à la base.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here