Home Enseignements Cantine scolaire au Bénin: Le personnel du PAM cuisine et sert le...

Cantine scolaire au Bénin: Le personnel du PAM cuisine et sert le repas aux écoliers du « Littoral »

306
0

Loin de leur confort dans les bureaux pays à Cotonou, Parakou, …, des membres du personnel du Programme alimentaire mondial (PAM) en service au Bénin sont allés mettre la main à la pâte pour assurer la cuisine et le service de la cantine aux enfants de l’Ecole primaire publique (EPP) Le Littoral de Degoue plage (Djègbadji) dans la commune de Ouidah, ce mercredi 9 février 2022.

Aux environs de 9 heures, ce mercredi 9 février 2022 à l’Ecole primaire publique (EPP) Le Littoral à Degoue Plage (Djègbadji) dans la Commune de Ouidah, arrive une délégation du Programme alimentaire mondial (PAM). Elle est composée de femmes et d’hommes de l’organisme en service dans les bureaux pays au Bénin. C’est pour une mission particulière. « Nous sommes venus rester avec les cuisinières, travailler avec les cuisinières, goutter à leurs peines quotidiennes à la cuisine de la cantine, pour montrer que nous sommes avec elles … », indique Caroline Koundé, chargée de programme au PAM et superviseure de l’activité de ce jour.

Ce mercredi, les deux femmes à la tâche tous les jours de classe à Le Littoral pour faire le repas aux 213 enfants dont 88 filles ici, vont souffler un peu. Aussitôt arrivée et après les échanges de civilités avec le directeur par intérim de l’école, les membres de l’Association des parents d’élèves et ceux de l’Association de développement de Degoue (Djègbadji), l’équipe du PAM est scindée en sous-groupes pour se répartir les différentes étapes de la tâche de ces femmes. Entre autres, le comptage des enfants, le prélèvement et le transport des vivres à la cuisine, l’assainissement de la cuisine et de ses alentours, la vaisselle, les travaux de cuisson proprement dire, le désert, etc.

Ça discute un peu mais le travail avance quand même. Au bout de quelques heures, le repas est prêt. Au menu, du pois jaune accompagné de friture et de la farine de manioc (gari). En dessert, les enfants prendront de la pastèque déjà coupée en morceau dans de petits sceaux en plastique transparente.

Entre temps, aux environs de 10h30, le Représentant résident du PAM au Bénin a rejoint l’équipe dans la cuisine construite dans cette école par le PAM. Guy Adoua était dans une autre école avec une autre équipe à Aïdo pour la même activité. « On vient aussi mettre la main à la pâte. Nous avons voulu montrer l’exemple de laisser nos bureaux et de venir contribuer. On ne peut pas être parent et, de septembre à juin, ne pas passer contribuer », a-t-il précisé. En attendant midi, le repas est servi dans de petits bols en plastique de couleur bleu, soigneusement couverts puis rangés par lot dans des paniers apprêtés selon les effectifs de chaque classe. Puis on attend que la cloche de midi sonne.

« Vous pouvez amener le repas ! », lance la superviseure de l’activité à 12H07. Alors, le transport des paniers vers les salles de classe s’effectue et le service commence. Chaque enfant, après s’être bien lavé les mains, peut déguster son repas. Au sein de l’équipe du PAM, on est heureux d’avoir accompli une œuvre utile pour ces âmes innocentes.

Mais ce n’est pas encore la fin de la mission ici. Après les enfants, l’équipe PAM reprend les bols pour faire la vaisselle. Tous les ustensiles sont lavés, rincés puis arrangés dans leurs endroits de coutume. « Nous avons été contentes de cet aide du PAM aujourd’hui. Nous avons aussi appris de leur manière d’organisation du travail à la cuisine. Merci au PAM », affirme dame Clarisse Sodékon, à la fin de la mission. Elle est l’une des deux femmes cuisinières de Le Littoral.

Rappelons que cette sortie du PAM entre toujours dans le cadre des stratégies de l’institution pour susciter l’engagement des communautés à la base autour du Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI) initié par le gouvernement béninois et conduit par le PAM. « C’est une façon de vous dire, vous n’êtes pas seuls, on est là pour vous aider. Juste qu’on veut de vous, de la volonté, des idées, une petite semence d’initiative, … », a informé Guy Adoua à la communauté de Degoue représentée par l’association des parents d’élèves, l’association de développement de la localité et les autorités administratives locales. « Ce message n’est pas tombé dans les oreilles du sourd. Nous allons sensibiliser notre population », a répondu Théodore Yaovi Tossou, vice-président de l’Association de développement de Degoue (Djègbadji).

Blaise Ahouansè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here