Home Environnement/Santé 4ème édition du carnaval KALETA : Le secret des masques au cœur de...

4ème édition du carnaval KALETA : Le secret des masques au cœur de la conférence inaugurale

366
1

La conférence inaugurale de la 4ème édition du carnaval KALETA de Cotonou a eu lieu ce mercredi 30 novembre 2022 à Le Centre à Lobozounkpa autour du thème « Le secret des masques ».

Les masques dans leurs différents aspects et les défis notamment liés au KALETA. Les festivaliers de la 4ème édition du carnaval KALETA de Cotonou, du moins ceux qui ont effectué le déplacement de Le Centre dans la matinée de ce mercredi dernier, ont eu l’opportunité d’en savoir un peu plus. Ceci, au cours de la conférence sur « Le secret des masques ». A l’occasion, le sociologue Maître de conférences Raymond ASSOGBA et le médiateur culturel Fortuné AGOSSA sont partis de la définition du masque pour venir au secret en passant par quelques fonctions. 

Pour Fortuné AGOSSA, le masque est un objet qui permet à l’homme de se déguiser, de camoufler son visage. Pris l’exemple du KALETA, il permet entre autres, de garder le lien en l’Afrique et le Brésil pour se rappeler du carnaval de RIO. Le masque permet à l’Africain de ressusciter tout le temps, l’histoire de son rapport avec ses ancêtres, dira le professeur Raymond ASSOGBA, entre autres définitions. Pour lui, c’est un objet d’intermédiation qui met en rapport « Esprit » et « Homme ». 

Le sociologue indique que l’appréciation du masque est selon chacun de ses éléments constitutifs à savoir l’objet lui-même avec ses traits physiques symboliques, l’habillement, les gestuels et l’esprit censé s’exprimer à travers le premier élément. Le secret dans cet ensemble est lié, selon lui, à l’initiation et à la révélation des lois qu’on doit manipuler dans la vie. Ces lois sont entre autres, comment s’approprier l’énergie pour exploitation, à en croire le professeur. 

Selon les deux panélistes, les masques ont des fonctions ludiques, politiques, économiques, sociétales selon leurs spécificités. Parlant spécifiquement du Kaléta, ils estiment que cela aiguise des talents de créateur artistique et prépare même à toute une carrière. Mais ils font observer que le Kaléta meurt peu à peu et qu’il est un défi de le raviver, renforcer sa promotion et sa transmission. Sur ce chantier, certains pensent qu’il faut rompre avec l’exclusion et accorder désormais une place de choix à la femme aussi dans le Kaléta.

Rappelons que la 4ème édition du carnaval KALETA de Cotonou portée par Marius GNIDE a lieu jusqu’au 4 décembre prochain avec le soutien de Le Centre. A l’agenda, des conférences, des ateliers dessin, des séances de graffiti et des spectacles Kaléta à Le Centre à Lobozounkpa et dans les rues de Gbèdjromèdé à Cotonou.

1 COMMENT

  1. En un souffle, telle une tirade poétique, l’ensemble des idées brassées a été consigné dans cet article. Superbe expression en un français simple mais, bien concocté. Salut, l’artiste de la plume.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here