Home Politique Charges additionnelles dues à la revalorisation salariale: « Le budget du Bénin est...

Charges additionnelles dues à la revalorisation salariale: « Le budget du Bénin est aujourd’hui en capacité de faire face à ces nouvelles charges », Wilfried Léandre HOUNGBEDJI

438
0

Le secrétaire général adjoint et porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre HOUNGBEDJI, sur l’ORTB hier soir, a rassuré de la pérennisation sans aucune pression fiscale des mesures de revalorisation salariale intervenue en décembre dernier.

Certes, la revalorisation salariale devenue une réalité depuis décembre 2022 au Bénin implique une charge additionnelle de plus de 5 milliards de Francs Cfa par mois mais il n’y a aucune crainte pour supporter ce financement sur la durée. Aussi, la pérennisation de cet effort social ne sera-t-elle pas synonyme d’imposition fiscale. C’est du moins, à en croire le secrétaire général adjoint et porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre HOUNGBEDJI. 

Dans l’émission « Questions d’actualité avec le porte-parole du gouvernement » sur la chaine de télévision nationale dans la soirée du mercredi 4 janvier 2022, il a confié qu’il s’agit d’une mesure planifiée par le gouvernement et mise en œuvre parce que le pays en a désormais les capacités sur son budget. « C’est parce que […] le gouvernement sait que le pays est désormais capable de faire face à ces charges additionnelles que nous avons été aussi ambitieux dans la revalorisation intervenue […]  Rassurez-vous, le budget du Bénin qui a travaillé pendant ces dernières années à se consolider, à devenir beaucoup plus résilient, est tout à faire aujourd’hui en capacité de faire face à ces nouvelles charges », a affirmé le porte-parole du gouvernement. 

Il a rassuré de ce qu’il ne s’agit pas de rechercher par des voies d’imposition nouvelle de quoi financier ce surcoût sur la masse salariale mais que tous les préalables sont réglés pour assurer la pérennité de la mesure. « Si nous avons attendu, c’est forcément parce qu’en instituant une politique de rigueur dans la gestion des finances publiques, en prenant le temps d’abord de régler ce qu’il – le présent Talon, ndlr- appelle les préalables qui touchent à tout le monde, nous avons voulu faire une action cohérente et ensuite dégager les ressources qui nous permettent sur la durée de tenir cet engagement », a rapporté Wilfried Léandre HOUNGBEDJI. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here