Home Enseignements Ecoles sans toilettes adéquates à Zogbo: Entre défiance de la loi portant...

Ecoles sans toilettes adéquates à Zogbo: Entre défiance de la loi portant hygiène publique et manque de textes d’application

415
0
Ces enfants dans un environnement insalubre à l’école

Dans certaines écoles au Bénin, on dirait qu’il n’y a pas de cadre règlementaire en termes d’hygiène et assainissement. Pourtant, le Bénin vient de renforcer son arsenal juridique en la matière avec la promulgation de la loi N°2022-04 du 16 février 2022 sur l’hygiène publique en République du Bénin. Mais, les dispositions de cette loi sont encore méconnues dans certains établissements scolaires où les apprenants vivent avec des tas d’ordures et manquent de toilettes adéquates. Le complexe scolaire de Zogbo à Cotonou n’est pas épargné de cette triste situation qui appelle à l’urgence de la prise de textes règlementaires pour accélérer la mise en application de cette loi. 

Complexe scolaire de Zogbo ce mercredi 28 septembre 2022. L’esthétique extérieure contraste avec l’état des toilettes et l’environnement aux arrières cours de certaines classes. Vue de l’entrée principale, cette école primaire publique de l’un des plus grands et populaires quartiers du 9ème arrondissement de Cotonou donne un aspect attrayant. Surtout le module de classes – Fonds Fadec 2019- peint en blanc avec des ceintures en bleu à hauteur des fenêtres qui donne dos à l’entrée principale, offre une belle image de l’établissement. De même que la cour commune au quatre groupes pédagogiques de cette l’école.

La cour du complexe scolaire de Zogbo

Mais en arrière vers la gauche, précisément du côté de l’ancienne entrée principale, c’est un tas d’immondice qui nous accueille ce mercredi sous le dispositif en fer installé pour le grimpé. C’est ici que les enfants s’accroupissent pour uriner. Dans cette école, on préfère le mur aux latrines pour uriner. Et pour cause. L’état de ces vieilles latrines ordinaires fait craindre plus de risques d’infection aux usagers. Celles qui apparaissent plus récentes ne sont pas si propres.

L’Etat de certaines latrines

De l’autre aile de l’école, vers la droite, c’est le petit portail. Ici, des fosses sont creusées pour recevoir les ordures à quelques pas du robinet d’eau. Le mur ici aussi reçoit bien les urines lorsque écoliers et écolières sentent le besoin de vider leur vessie. Ceci, à défaut de toilettes modernes de ce côté aussi si ce n’est pas celles de fortune derrière une classe. Sur cet alignement à la fin du module de classe, c’est carrément une décharge cachée à l’aide d’une clôture en tôle avec une petite entrée fermée.

L’une des fosses d’ordures à quelques pas du point d’eau

Une terre fertile d’infections et de maladies

L’état des toilettes et les dépôts d’ordure dans cet établissement primaire, non seulement ternissent la belle image vue de dehors mais surtout constituent une menace permanente pour la santé des enfants et des enseignants. Ils sont plus menacés surtout en cette période de pluie qui accélère la putréfaction des ordures et la prolifération de microbes, parasites et autres vecteurs de maladies comme le paludisme, la fièvre typhoïde, le choléra, etc. Ici, l’enfant peut venir sain à l’école et rentrer malade à la maison.

L’intérieur d’une latrine
L’une des récentes toilettes des plus propres du complexe

« Le non accès des populations aux services d’hygiène et d’assainissement pose un grand risque de santé publique et est à l’origine des épidémies telles que les cas de choléra, de typhoïde, de diarrhée, de dysenterie… », expose Dr Pierre M’Pelé. Selon les estimations de l’Organisation de la santé (OMS) suite à la deuxième édition du rapport « Prévenir la maladie grâce à un environnement sain », 12,6 millions de personnes sont décédées en 2012 du fait d’avoir vécu ou travaillé dans un environnement insalubre, soit près d’un quart des décès dans le monde, https://www.who.int/fr/news/item/15-03-2016-an-estimated-12-6-million-deaths-each-year-are-attributable-to-unhealthy-environments.

Un sauveur sans pouvoir

Face à cette menace, la loi N°2022-04 du 16 Février 2022 portant hygiène publique en République du Bénin devrait constituer un protecteur efficace au profit de ces enfants qui demeurent les plus vulnérables. Cette loi s’applique à l’hygiène entre autres, des établissements des différents ordres d’enseignement. Elle dispose spécifiquement en son article 43 que « chaque établissement des différents ordres d’enseignement dispose d’une source d’approvisionnement en eau potable et d’installations sanitaires appropriées qui garantissent l’accès et la facilité d’usage pour toute personne en tenant compte du sexe et des situations de handicap ».

Avec cette loi, il ne devrait même pas avoir des ordures aux alentours des écoles, selon l’article 42. « L’emplacement des établissements des différents ordres d’enseignement est choisi de manière à assurer le maximum d’éclairage naturel et d’aération aux salles de cours et de façon à éviter aux apprenants, les poussières, les odeurs, les bruits et autres Nuisances ». Une bonne partie du long de la clôture du Collègue d’enseignement général (CEG) Zogbo est marquée de points à ordure. Toute chose que la loi N°2022-04 du 16 Février 2022 devrait contribuer à corriger. Malheureusement, toutes ces belles dispositions sont restées sur papier. Le défaut de décrets d’application facilitant sa mise en œuvre sur le terrain, en est l’une des raisons.

L’un des points noirs autour de la clôture du CEG Zogbo

Urgence d’appliquer la loi sur l’hygiène publique dans les écoles

Il revient au gouvernement d’instruire les différents ministères impliqués à rendre cette loi applicable en prenant déjà les textes d’application. A ce propos, le leadership du président de la République, qui fait de l’éducation une priorité et y investit fortement, est souhaité. Les décrets pourront accélérer la mise en application en mettant davantage chaque partie prenante devant ses devoirs. L’article 45 stipule que « les chefs d’établissement veillent au respect des règles élémentaires d’hygiène dans les écoles et les universités. Les agents assermentés de la municipalité et des services en charge de l’hygiène et de l’assainissement du ministère en charge de la santé procèdent à des inspections sanitaires dans les établissements scolaires et universitaires ». De ces beaux modules de classe dans les établissements scolaires comme celui du complexe scolaire Zogbo ne seront plus sans dispositifs modernes d’hygiène et d’assainissement. La municipalité devrait aider cette école à se débarrasser des ordures que d’être contrainte à vivre avec.

A défaut de toilettes modernes et propres, on préfère uriner à l’air libre, et même à côté du point d’eau

Au président de la République et à son gouvernement donc de jouer leur partition pour la prise de textes d’application afin de donner le pli aux autorités décentralisées dans la mise en application effective de cette loi. Car, le respect de ses dispositions permettra de préserver la vie de ces âmes innocentes dans les écoles pour lesquelles, l’Etat déploie désormais de gros moyens. Les investissements actuels du gouvernement béninois dans le secteur de l’éducation pour la qualité des ressources humaines ne pourront pas porter les fruits au maximum dans un cadre de vie insalubre. « La santé de la population passe par la salubrité de l’environnement. Si les pays ne prennent pas des mesures afin que les populations vivent et travaillent dans un environnement sain, des millions de personnes continueront à tomber malades et à mourir prématurément », disait Dr Margaret Chan, ex Directrice générale de l’OMS (2007-2017).

Pourtant le complexe scolaire de Zogbo vous accueille avec un beau bâtiment

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here