Home Religion/Culture Les 4’Vents: De la voix et de l’amplitude à des textes contemporains...

Les 4’Vents: De la voix et de l’amplitude à des textes contemporains depuis la CCRC La B’az à Ouèdo

154
0

Les 4’Vents. Le cycle de lecture dirigée de textes initié par Tout Gran Théâtr Djogbé (TGTD) a démarré pour le compte de la première saison, le vendredi 31 mars 2023, à la Cité contemporaine de la recherche et de la création (CCRC) La B’az à Ouèdo. Le premier rendez-vous a été dans « La rue bleue ».

C’est parti pour dix (10) mois de lecture dirigée dans un espace naturel à la Cité contemporaine de la recherche et de la création (CCRC) La B’az à Ouèdo dans la commune d’Abomey-Calavi. C’est la première saison de « Les 4’Vents » ouverte dans la soirée du vendredi 31 mars 2023. « C’est un cycle de lecture initié par Tout Gran Théâtr Djogbé. Le but, c’est de faire entendre des textes contemporains, des textes d’auteurs contemporains béninois et de tous les autres horizons », a expliqué Marjaan ADJAO, co-coordonnateur du projet. Au cours de la rencontre avec la presse, quelques moments avant la première soirée de lecture, il fait savoir qu’il est question de donner de la voix et de l’amplitude à des textes dans toute la cité de Ouèdo et ses environs, puis, partant de Ouèdo, les faire entendre partout dans le monde.

De jeunes metteurs en scène avec des habitants acteurs

Dans la pratique, chaque cycle de « Les 4’Vents » est une saison de 10 lectures sous l’égide de 10 jeunes metteurs en scène avec différente équipe de comédiens et comédiennes. Il s’agit de donner rendez-vous au public chaque mois pour lui faire entendre un texte, confie Tatianaëlle TOLLO, membre de l’équipe de coordination. Elle précise que le public ne sera pas seulement dans un rôle de spectateur ou d’écouteur mais aussi d’acteur sur scène et de celui qui prête sa voix aux textes.

Autrement, le projet « Les 4’Vents » implique à fond le public. Les habitants de Ouèdo et environs seront distribués dans les mises en lecture. « On travaille avec les élèves, les menuisiers, les mécaniciens, les ménagères et tout type de citoyen dans la population », explique Tatianaëlle TOLLO. C’est l’un des points d’orgue de ce projet et aussi la particularité de la CCRC La B’az, à en croire Donatien Codjo SODEGLA, lui aussi membre de la coordination du projet. « C’est vraiment de donner de la voix aux textes mais aussi de rapprocher l’offre culturelle de cette population laissée pour compte. L’art est un droit. Il faut rapprocher l’offre culturelle de la population. C’est pourquoi le projet implique véritablement les habitants pour qu’ils participent aux lectures », a-t-il exposé à la presse. « C’est d’aller vraiment vers des personnes insoupçonnées qu’on pense qu’ils ne peuvent pas faire du théâtre.», a-t-il ajouté. Il précise également que chaque mise en lecture fera objet de productions radiophoniques et podcast pour diffusion sur diverses plateformes.

Le n°1 dans « La rue bleue »

Le premier rendez-vous, celui du vendredi dernier, a été sous la direction artistique de Marjaan ADJAO autour de la pièce « La rue bleue » de l’auteur béninois Sèdjro Giovanni HOUANSOU. « Une nuit après trois heures du matin, Roland fait face à une crevaison d’un pneu de sa voiture. Un hasard pour le jeune politicien. Hasard planifié pour Koïgo, le vulcano –vulcanisateur, ndlr- du coin qui ne rate pas l’occasion d’entretenir tout client sur la vie dans ce quartier redoutable où les habitants vivent en marge des autres dans le noir, l’insécurité, l’insalubrité, … Roland sera obligé de dévoiler son identité. Il est l’auteur de « La Rue Bleue », le projet conçu pour raser tout ce quartier. Cette nuit, le coup de l’aventure semble changer ses convictions de ce prototype de politicien qui se permet tout du haut du pouvoir et de l’argent contre le gré des populations au nom desquelles il décide.

Dans cette pièce, il est question entre autres, des projets d’urbanisation parfois ‘’sauvage’’ dans certaines villes et objets d’angoisse pour les populations. En 47 minutes, Marjaan ADJAO et son équipe ont porté la voix des personnages de cette pièce. Rendez-vous dans un mois à La B’az.   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here