Home Afrique-Inter Sortie de résidence-Togo Créatif: Tout Gran Théâtr Djogbé habille autrement « Transe-maître(s) »

Sortie de résidence-Togo Créatif: Tout Gran Théâtr Djogbé habille autrement « Transe-maître(s) »

21
0

Au terme d’une résidence interrégionale de recherche-création entre le Bénin et le Togo autour de la pièce « Transe-maître(s) » de Elemawusi Marc AGBEDJIDJI dans le cadre du projet « Togo Créatif », Tout Gran Théâtr Djogbé a donné son spectacle de restitution le 2 septembre 2023 au Magic Mirror à l’Institut Français de Lomé. Le metteur en scène Didier Sèdoha NASSEGANDE et ses acteurs ont fait découvrir une autre couleur de « Transe-maître(s) ».

Le « signal ». Sur la scène de Magic Mirror à l’Institut Français de Lomé ce soir, tout part de cet instrument historique de l’école par le passé, peut-être encore actuel quelque part. Tout Gran Théâtr Djogbé replonge le public dans le livre « Transe-maître(s) » du dramaturge togolais Elemawusi Marc AGBEDJIDJI.

« Signal » est le sujet central. Composé d’os d’animaux, de coquilles d’escargots et/ou d’autres, cet objet est un collier imposé à tout apprenant qui parle le vernaculaire à l’école. « Ça a été un instrument de méthode pour forcer les étudiants à apprendre le français », rappelle l’auteur. On parle du pouvoir de la langue et de formatage des cerveaux. Sur la scène de « Transe-maître(s) », ça s’exprime conditionnement des jeunes par la langue pour qu’ils ne se révoltent jamais ; étouffement des esprits de critique dans les écoles ; soumission ; obéissance… Mais Dzitri libérera son esprit.

Plus loin, indique Elemawusi AGBEDJIDJI, « Transe-maître(s) aborde aussi la question de l’héritage ». « Une chose qu’on fait le geste pour aller prendre mais aussi une chose qui nous tombe dessus et qu’on n’a pas le temps ni l’opportunité de dire ‘’je veux ou je ne veux pas’’ », expose-t-il. « Transe-maître(s) raconte aussi les épisodes du passé dont on n’est pas acteur ou actrice mais qu’à nos âges, il faut les régler permanemment », ajoute-t-il. Le metteur en scène parle lui, de rapport de force, de l’outil de la langue même en tant que canal de ‘’l’intelligence’’.

Aussi engagés, ses comédiens béninois et togolais laissent voir sur scène un « Transe-maître(s) » dynamique exprimé dans un univers ‘’réel’’ de l’histoire. Poussés par le metteur en scène, ils sont rentrés dans la pensée même non consignée de l’auteur au point où ce dernier fut étonné du rendu de son écriture. « C’est un texte que j’ai écrit il y a 5 ans à peu près. Le réentendre ce soir, c’est un peu comme un enfant qu’on laisse au bord de la route en slip et trois ans plus tard on vient le voir, il a grandi, il a eu de nouveaux vêtements, les cheveux ont poussé, peut-être la barbe ou non, et qu’on a du mal à reconnaître et on prend un petit temps avant de se dire ‘’ah c’est quand même le mien’’ », avoue Elemawusi AGBEDJIDJI. Ce n’est pas étonnant mais plutôt une signature pour qui connait la démarche artistique de Didier Sèdoha NASSEGANDE qui a été aux manettes de cette création.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here