Home Enseignements Université d’Abomey-Calavi : Ça grogne au Département des Lettres Modernes

Université d’Abomey-Calavi : Ça grogne au Département des Lettres Modernes

192
0

Les étudiants en Lettres Modernes de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) sont dans une situation qu’ils qualifient d’« inconfortable » et exigent enfin une résolution. C’est lié à la soutenance en fin de cycle de licence. « Trois promotions d’étudiants à savoir : 2019-2020, 2020-2021 et 2021-2022 ayant déjà validé toutes les Unités d’enseignement (Ue), n’ont toujours pas été appelées à soutenir. Pire, ce n’est qu’en décembre 2022 que ce nombre pléthorique d’étudiants fut invité à déposer les protocoles de mémoire, dont on a aucune suite jusqu’à présent », exposent-ils. 

Selon eux, l’insuffisance d’enseignants au Département des Lettres Modernes serait l’une des causes de cette situation. Ils parlent d’un département qui n’a que 8 enseignants qui « ont déjà du mal à assurer toutes les Unités d’Enseignement de ses six (06) différents semestres en Licence ». Du coup, se demandent-ils, comment ces enseignants pourront « encadrer ce nombre pléthorique d’étudiants en instance de soutenance ». « Arrivent-ils même à corriger les copies d’évaluations semestrielles tout seuls ? Assument-ils convenablement leurs heures de cours dans les autres universités du Bénin, en l’occurrence l’Université de Parakou et l’Ens de Porto-Novo ?», poursuivent-t-ils.

A l’issue d’une assemblée générale qu’ils ont tenue le vendredi 3 mars dernier à ce propos, les étudiants demandent l’annulation de cette soutenance en fin de cycle de Licence.  Cela permettra selon eux, « de libérer plus facilement et rapidement les étudiants en fin de formation à l’instar des facultés sœurs comme la Fadesp et la Fast »

Dans leur lettre de revendication adressée au recteur de l’UAC, ils réclament aussi le recrutement d’enseignants pour le compte du département des lettres modernes. 

Au-delà, ils sollicitent du recteur « une audience urgente ». Ceci, dans un délai de 96 h à compter de la signature de la correspondance. Autrement, ils passeront à d’autres actions, à les en croire. «Passé ce délai, les étudiants des Lettres Modernes se donneront le droit de procéder à un sit-in, puis à une journée Fac Morte et enfin à un mouvement de grève générale à mesure que satisfaction ne nous est pas accordée», préviennent-ils.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here