Home Environnement/Santé Phase pilote « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent »: Acteurs publics et privés «satisfaits...

Phase pilote « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent »: Acteurs publics et privés «satisfaits des résultats» au Bénin, s’embarquent pour l’extension

12
0

Le Bénin a procédé à l’évaluation finale et à la clôture de la phase expérimentale de l’initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent » le vendredi 26 avril 2024 à Cotonou lors d’un atelier suivi de remise de certificats aux champions et entreprises contributrices du secteur privé. Les acteurs impliqués ont passé en revue les résultats, les éléments de succès, les défis et les perspectives pour la phase d’extension de l’initiative pour un Bénin sans palu d’ici 2030.

Des résultats satisfaisants au terme de la phase pilote au Bénin de l’initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent ». C’est le bilan qu’en font les acteurs tant publics que privés après quatre années de mise en œuvre du mouvement lancé le 17 novembre 2020 au Bénin. Ils ont célébré les grands résultats lors de l’atelier d’évaluation finale et de clôture de l’initiative. C’était le vendredi 26 avril 2024 à l’hôtel Golden Tulip de Cotonou. « Nous sommes heureux de célébrer ce jour, les succès de cette expérience de collaboration du secteur public et privé en faveur de la lutte contre le paludisme et son financement durable », a affirmé en début d’atelier, Dr Germain Gil Padonou au nom du comité de pilotage de gestion des ressources du fonds Zéro Palu. 

Cet atelier fut une occasion de partage des succès et des défis au Bénin sur le chemin de la mise en œuvre de cette initiative dirigée par le groupe Ecobank en partenariat avec Speak Up Africa et le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme. « Comme toute initiative, il est de bon ton qu’au terme de la mise en œuvre nous puissions marquer un arrêt surtout lorsqu’on est en phase pilote, d’analyser les résultats obtenus, de voir les défis qui se sont posés au cours de cette mise en œuvre, de voir les éléments clés de succès qui pourront être des éléments clés dans le passage à l’échelle », a indiqué le coordonnateur national du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) Dr Achille Batonon. « Surtout voir encore comment est-ce que nous pouvons faire grandir, pérenniser l‘initiative », dira le coordonnateur de Speak Up Africa au Bénin, Franz Okey.

Quelques succès

En termes de résultats, le coordonnateur national du PNLP rapporte que l’initiative, grâce au plaidoyer, a eu d’impact sur le budget national alloué à la lutte contre le paludisme. Ce budget est passé d’une moyenne de 1.039.901.000 FCFA (sur la période 2020 à 2022) à 2.500.000.000 FCFA pour l’année 2023, puis une nouvelle augmentation en 2024 de 500.000.000 FCFA, faisant ainsi passer le budget à 3.000.000.000 FCFA. Grâce à l’nitiative, les conventions de partenariat ont commencé par être signées avec les entreprises engagées pour accompagner la lutte ; des entreprises ont dégagé des lignes budgétaires ; etc. Le Coordonnateur de Speak Up Africa au Bénin informe que 70.005.500 F CFA ont été mobilisés. A ses dires, la prise de l’arrêté ministériel consacrant la mise en place du comité de pilotage est un bel exemple de succès au Bénin, consacrant la pérennisation de la plateforme. Tout ceci a été possible grâce à l’environnement politique favorable, l’engagement de l’Etat, l’engagement des champions, l’engagement des parlementaires, la synergie entre partenaires techniques et financiers et les entreprises privées, etc. 

Perspectives et engagements

A la phase d’extension, il urge de renforcer la collaboration privé-public, créer un environnement favorable et stimulant à l’investissement privé en santé, mettre en place un mécanisme de mobilisation de ressources endogènes, documenter fortement l’impact et l’utilisation des fonds mobilisés, entre autres actions mentionnées par le coordonnateur national du PNLS. Le comité de pilotage prendra le lead pour l’extension.

Remise de certificat aux entreprises contributrices

A cet atelier de clôture, les champions et toutes les entreprises déjà contributrices ont fait des propositions et exprimé aussi leur engagement non seulement à continuer à investir mais surtout à mobiliser d’autres entreprises pour la cause contre le paludisme. La championne nationale Dr Annabelle Ekué Hounkponou s’est engagée au nom de ses pairs à œuvrer pour généraliser le mouvement à toutes les entreprises afin d’atteindre ‘’zéro paludisme à l’horizon 2030’’. L’honorable Aké Natondé, champion Afrique de l’initiative, s’engage lui aussi à mobiliser plus d’acteurs notamment des parlementaires pour, dit-il, permettre à ce que le monde soit débarrassé d’une maladie qui a choisi de faire des ravages à 95% sur le continent africain. 

Pour rappel, le paludisme continue en effet d’être le premier motif de consultation et d’hospitalisation enregistré dans les formations sanitaires et surtout la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Le rapport 2023 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le paludisme révèle environ 249 millions de cas enregistrés en 2022 dont 608.000 décès ; 78% sont des enfants de moins de cinq ans. L’Afrique seule enregistre environ 94% de tous les cas et 95% des décès dus à cette maladie dans le monde. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here