Home Afrique-Inter Colloque international sur la révolution du 26 octobre 1972 à l’UAC: Trois...

Colloque international sur la révolution du 26 octobre 1972 à l’UAC: Trois jours rétrospectifs sur une période décisive de l’histoire du Bénin

345
0

Le Laboratoire de recherche rétrospective-Afrique (LaBRA), en collaboration avec le Centre d’études linguistiques et historiques par la traduction orale (CELHTO) organise depuis hier, mercredi 26 octobre 2022 sur le campus d’Abomey-Calavi, un colloque international sur la révolution du 26 octobre 1972 au Dahomey, actuel Bénin. C’est trois jours pour passer en revue et porter un regard sur ce tournant décisif de l’histoire du Bénin, pour arriver à de meilleures perspectives.

26 octobre 2022. Déjà le cinquantenaire de la révolution du jeudi 26 octobre 1972 au Bénin. Acteurs et témoins, enseignants, chercheurs et autres acteurs de la société croisent leurs regards à ce propos à travers un colloque qui se tient depuis mercredi à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC). Venus du Brésil, Burkina-Faso, Congo Brazzaville, RDC, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Portugal, Togo et bien évidemment du Bénin, ils sont réunis autour du thème, « La période révolutionnaire au Bénin ; quels regards ? ».

L’initiative portée par le Laboratoire de recherche rétrospective-Afrique (LaBRA) est un devoir de mémoire, à en croire le président du comité d’organisation, professeur Rogatien TOSSOU. Il défend que cette date du 26 octobre 1972 ne peut pas être mis au rancart, car il constitue non seulement « un tournant symboliquement significatif et chronologiquement évocateur » mais aussi un « repère précieux pour une analyse susceptible de féconder les efforts du présent en vue d’un avenir plus prometteur ». Pour lui, cette date « mit fin à la période d’errance, de certitude et de crise politique au Dahomey dont la manifestation visible était le changement tous azimut de régime politique ». « Cette période qui a duré 17 ans -1972 à 1989- a induit des changements radicaux sur les plans social, sociétal, économique, politique et idéologique », renchérit le Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), professeur Félicien AVLESSI. Le présent colloque arrive à point nommé pour permettre aux scientifiques d’enrichir l’historiographie de cette période sous de nouvelles prises, d’après le Recteur. 

Pour le Secrétaire général du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Ansèque Gomez COAMI, l’importance de ce colloque se justifie dans la nécessité de savoir s’arrêter pour porter un regard rétrospectif scientifique sur le cours de l’histoire du Bénin afin d’en tirer des leçons. Lesquelles leçons, selon lui, peuvent apporter une plus-value aux efforts de construction d’une société meilleure pour aujourd’hui et pour la prospérité. « Les présentes assises ont un caractère particulier en ce qu’elles permettent de restaurer l’histoire d’un peuple et savoir d’où nous sommes venus, d’où nous sommes passés pour être là où nous sommes », a affirmé le SGM dans le discours prononcé au nom du ministre Eléonore Yayi LADEKAN.

Outre la conférence inaugurale assurée par le professeur Nassirou ARIFARI-BAKO et les témoignages lors de la cérémonie d’ouverture, ce colloque a prévu dans son agenda, 64 communications. Ses actes seront publiés dans un délai d’un mois, a annoncé le président du comité d’organisation. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here