Home Afrique-Inter L’Afrique a enregistré 411 cas de violence contre l’éducation, une hausse de...

L’Afrique a enregistré 411 cas de violence contre l’éducation, une hausse de 20 %

6
0

En 2022, 341 attaques contre l’éducation ont été signalées en Afrique. Une année plus tard, le nombre d’attaques continue de grimper. Les dirigeants du continent, ainsi que l’Union africaine sont appelés à agir pour rendre les écoles plus sûres pour les apprenants et les enseignants.

En 2023, les incidents violents affectant les écoles, les enseignants et les apprenants ont augmenté de 20 % dans les pays de l’Union africaine (UA). Cette année, 411 cas ont été signalés contre 341 en 2022, à en croire une nouvelle analyse de Save the Children, une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’enfant.

L’analyse publiée à l’occasion du début du 37e sommet de l’Union africaine, à Addis-Abeba, a examiné les incidents individuels de violence politique affectant l’éducation qui sont signalés par la base de données sur les lieux et événements des conflits armés (ACLED) en 2022 et 2023 dans les Etats membres de l’Union africaine.

Ces incidents comprennent des frappes de drones sur des écoles, l’assassinat d’enseignants du primaire et l’utilisation de gaz lacrymogènes pour disperser des réunions d’enseignants, l’assassinat d’un gardien d’école et l’abandon de son corps, le raid sur une école primaire pour l’utiliser comme terrain d’entraînement et les raids aériens sur des écoles abritant des familles déplacées.

Le Nigeria et le Soudan sont les pays les plus affectés par ces incidents avec respectivement 89 et 55 cas.

L’ONG appelle les chefs d’Etat et les gouvernements à prendre des mesures pour rendre les écoles plus sûres. Un appel qui s’adresse également à l’UA, surtout que l’organisation panafricaine a choisi l’éducation pour thème en 2024. Elle a pris l’engagement de bâtir, au cours de l’année, des systèmes éducatifs résilients en Afrique, pour garantir un accès accru à un apprentissage inclusif et de qualité, tout au long de la vie, et en adéquation avec les besoins du continent.

Save the Children appelle à plus d’efforts en raison des conséquences néfastes de ces attaques. « Les conséquences des attaques et de la violence dans les écoles sont immenses : des enfants sont blessés par des attaques directes, l’enseignement est perturbé, les parents craignent que leurs enfants n’aillent à l’école et les communautés sont en difficulté », selon le directeur intérimaire du bureau panafricain de Save the Children, Mohamud Mohamed Hassan.

Au vu des conséquences, Save the Children relève l’urgence d’agir en 2024, alors que la situation se détériore. L’organisation appelle par exemple les Etats du continent a approuvé la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, un instrument politique intergouvernemental visant à protéger les élèves, les enseignants, les écoles et les universités des pires effets des conflits armés. En Afrique seulement 37 des 55 membres de l’UA ont approuvé la déclaration.            

(Agence Ecofin)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here