Home Environnement/Santé Mise au pas des architectes et des urbanistes du Bénin dans la...

Mise au pas des architectes et des urbanistes du Bénin dans la révolution technologique: L’ONAUB explore l’impression 3D avec ByHAPI

631
0

L’Ordre national des architectes et des urbanistes du Bénin (ONAUB) a accueilli, à son siège à Agblangandan, vendredi dernier, une conférence sur le thème « L’impression 3D au service de l’architecture, des solutions pour bâtir l’avenir ! ». Animée par la société ByHAPI, c’était l’occasion pour les membres de l’ordre de mieux appréhender cette technologie, en quoi elle apporte une plus-value à leur profession et comment en profiter.  

Architectes et urbanistes inscrits à l’Onaub suivent les démonstrations sur l’impression 3D

Ne jamais être en marge d’aucune évolution technologique ou réforme impactant leur secteur. Le 17ème Conseil de l’Ordre national des architectes et des urbanistes du Bénin (ONAUB) poursuit la concrétisation de cet engagement au profit de ses membres. Vendredi 17 juin 2022, le conseil présidé par Aimé Paul Gonçalves a amené ses membres dans le monde de l’impression 3D. C’est à travers une conférence animée par ByHAPI sur le thème « L’impression 3D au service de l’architecture, des solutions pour bâtir l’avenir ! ». « L’épanouissement des architectes et des urbanistes passe d’abord par le suivi permanent de l’évolution des nouvelles technologies mises au service des professionnels de l’architecture et de l’urbanisme », a justifié le président de l’Ordre en ouverture de la conférence. Il a rappelé qu’il y a plusieurs années que le secteur a commencé par utiliser l’impression 3D qui pour lui, « révolutionne l’urbanisme ». « Les architectes ont la possibilité d’imprimer en 3D le modèle d’une ville toute en entière. Cela est réalisable en quelques heures avec un équipement adéquat », a-t-il loué avant de laisser place aux conférenciers. La soirée leur a permis de savoir en quoi cette innovation est-elle profitable aux cabinets d’architecture, aux cabinets d’urbanisme, aux architectes et aux urbanistes.

L’impression 3D en quelques mots

Après le mot introductif de Hermann Ayosso, Président directeur général (PDG) de ByHAPI, il est revenu à Amadou Diallo, directeur de la technologie de la société, d’assurer l’animation principale de la conférence. Ceci, en théorie et en pratique. Dans la théorie, Amadou Diallo est parti de la chronologie des révolutions industrielles pour rappeler que l’impression additive appelée impression 3D s’inscrit dans la 4ème révolution industrielle, celle liée à tout ce qui est numérique après la machine à vapeur, le pétrole et l’informatique. L’impression 3D trouvée par un français mais dont la première technique a été brevetée en 1984 par un américain a connu une démocratisation dès les années 1990. « Aujourd’hui on découvre encore beaucoup de choses dans cette technologie. Ce qui est intéressant, on peut continuer à adapter cette solution pour nos propres besoins », a-t-il fait savoir. Sur ce, il a exposé comment fonctionne l’impression additive qui aujourd’hui, a-t-il montré, touche tous les secteurs dont celui de l’urbanisme et de l’architecture. Amadou Diallo a évoqué aussi les avantages de cette technologie montrant entre autres, qu’elle permet désormais de réinternaliser les produits, économiser du temps, gagner en coût, tout produire localement, promouvoir le made local, rendre autonome, etc.

La future maison des bâtisseurs vue en 3D

Le président de l’Onaub Aimé Paul Gonçalves et autres membres contemplant la maquette de l’extension de la maison des bâtisseurs réalisée par ByHAPI

Le clou de la soirée a été surtout les démonstrations notamment trois. La première a été la modélisation, paramétrage et impression sur place d’un vase par deux jeunes concepteurs de l’atelier de ByHAPI. La seconde fut la présentation de la maquette de l’extension du siège de l’ONAUB imprimée en 3D. A en croire le PDG de ByHAPI, c’était un défi que le président de l’Ordre leur avait lancé. Il était question pour ce dernier de toucher du doigt de quoi ByHAPI est capable avec cette technologie avancée lorsqu’elle est exploitée dans le secteur de l’architecture et de l’urbanisme. Cette maquette qui autrefois devrait être réalisée à l’extérieur l’a été sur place au Bénin dans l’atelier de ByHAPI à Cotonou, et ce, seulement en trois semaines. « C’est une surprise pour moi », a avoué le président de l’ONAUB. Mais il a laissé le soin à ses confrères qui ont travaillé sur le projet de confirmer si la maquette imprimée en 3D est fidèle ou pas à leur travail. « Cette maquette reflète le travail que nous avons fait », témoigne le président de la commission. « Je suis émerveillé. Bravo ! Ça, c’est fantastique ! », renchérit son confrère Narcisse Soglo qui a même perdu le verbe face à cette merveille. « Une maquette imprimée en 3D complètement au Bénin, c’est la première », affirme le président de l’ONAUB. L’autre démonstration de la soirée a été la présentation d’une maquette 3D d’une ville futuriste de Cotonou par les jeunes concepteurs de ByHAPI.

« Monter une filière autour de l’impression 3D au Bénin »

Hermann Ayosso, PDG de ByHAPI

ByHAPI se positionne, s’engage et se donne les moyens pour offrir le meilleur des technologies d’impression 3D en Afrique depuis le Bénin, à en croire son PDG, Hermann Ayosso. Il informe que l’objectif est de créer une filière d’impression 3D au Bénin. Il soutient que le Bénin est capable de merveilles dans ce domaine. « La vision de ByHAPI est d’être le leader africain en impression 3D. Nous souhaitons monter une filière autour de l’impression 3D autour de trois piliers : la formation, l’appareil de production en investissant dans des imprimantes 3D et ensuite mettre autour de la table toutes les parties prenantes que ce soit les pouvoirs publics, les scientifiques, les industriels, les chercheurs pour pouvoir participer à cette compétition mondiale. L’Afrique a complètement sa place dans l’impression 3D. Pourquoi importer des filaments d’Europe, de Chine, …? Ces filaments sont faits à base d’amidon de maïs. Pourquoi ne pas créer une filière ici ? Nous en sommes capables », défend Hermann Ayosso. « Il y a un vrai potentiel. L’Afrique à toute sa place. Au niveau des ressources, on en a énormément », confirme son cofondateur, Amadou Diallo. « L’impression 3D, c’est magique. Utilisez ses techniques, et vous ne pouvez plus jamais vous en séparer », vante Hermann Ayosso.

Architectes et urbanistes apprécient

Narcisse Justin Soglo (ex président de l’ONAUB) : « Très merveilleuse ! Nous allons pouvoir mieux présenter ce que nous faisons. »

Narcisse Justin Soglo

« Nous avons eu l’occasion de recevoir au siège de l’Ordre, la maison des bâtisseurs, la société ByHAPI qui est venue nous faire une présentation très merveilleuse. Nous avons eu une démonstration sur la manière dont nous pouvons imprimer en 3D nos plans désormais. C’est vraiment avec émotion que je vous parle de ma satisfaction parce que je crois que c’est une facilité que nous, les architectes et les urbanistes du Bénin, nous aurons désormais pour pouvoir mieux présenter ce que nous faisons. Des fois, la majorité de nos maîtres d’ouvrage n’arrivent pas à bien cerner les dessins que nous faisons sur papier. Mais avec cette possibilité d’impression en trois dimensions, nous allons réussir à apporter encore un peu plus à ce que nous avons déjà l’habitude de faire. Nous n’avons plus besoin de penser à un équipement pour pouvoir satisfaire nos clients mais plutôt de nous mettre en collaboration directe avec ByHAPI pour bénéficier de leurs services. »

Guy Médard Agbo Fayèmi : « C’est osé. Bientôt, le Bénin va prendre une certaine indépendance… »

Guy Médard Agbo Fayèmi

« C’est très encourageant. L’initiative est bonne. C’est osé. Bientôt, le Bénin va prendre une certaine indépendance par rapport à ce qui vient de l’extérieure. Il reste certes quelques réglages. Il y a un code d’urbanisme. Je ne peux qu’encourager ce groupe et leur donner rendez-vous dans 10 ans. L’architecture s’apprécie en siècle, en millénaire. Vous voyez, les pyramides en Egypte sont encore là et parlant. Donc il faut bien faire. L’architecture, c’est une affaire d’organisation bien spécifiée. Il faut que l’intérieur soit fonctionnel. La modélisation permet de voir que ce qui est pensé et conçu peut être réalisé en échelle humaine. C’est surtout le côté piquant de l’initiative. On est ensemble. Ils vont comprendre ; nous allons les comprendre ; ils sauront ce que nous voulons vraiment ».  

Bonito Dato : « Cette innovation nous permet d’avancer rapidement en matière de rendu final de grand projet d’urbanisme dans le pays »

Bonito Dato

« L’innovation qui est l’impression 3D nous permet de nous perfectionner sur le côté rendu au client. Avec cet outil, le client qui est le maître d’ouvrage a l’avantage de voir en grandeur nature son œuvre. La maquette 3D permet au client de visualiser son projet, de toucher du doigt son œuvre et commencer par se projeter sur la réalisation. L’outil 3D impression facilite énormément la vie aux architectes du point de vue qu’on peut obtenir des maquettes facilement et rapidement à un coût très abordable. Ce qui nous permet également d’avancer dans de nouvelles technologies en matière de rendu final de grand projet d’urbanisme dans le pays. Par mon expérience, cela va de l’intérêt du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre. On est avec ByHAPI ; on sera avec ByHAPI puisque c’est une société avant-gardiste qui fait partie des toutes premières à amener l’outil en Afrique de l’Ouest. Cela nous permet de mieux exploiter cette technologie d’impression ».

Propos recueillis par Blaise Ahouansè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here