Home Environnement/Santé Jeunesse béninoise et entreprenariat agricole: un pari gagnant

Jeunesse béninoise et entreprenariat agricole: un pari gagnant

241
0

A travers le Projet de développement de l’agrobusiness au Bénin (PDAB), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a donné l’opportunité à des centaines de jeunes béninois de se lancer dans l’entreprenariat agricole. A la tête d’entreprises agricoles viables, ces derniers constituent des modèles de réussite pour d’autres jeunes. Initié en 2018, le PDAB est appuyé par le gouvernement du Bénin, l’Inde et le PNUD. 

Il est 15 heures. Aux Etablissements Le Christal à Tori-Bossito, commune située à une quarantaine de kilomètres de Cotonou, la capitale économique du Bénin, l’heure est au travail. Sous la bâtisse abritant la structure, des machines tournent à plein régime, propulsées par un puissant générateur de 150 kVA placé à l’extérieur. « Nous sommes dans l’alimentation animale. Nous produisons des aliments pour les porcs, les lapins, la volaille, les ruminants, etc. » explique Vital Tchibozo, les yeux rivés sur une machine imposante. Agé de 36 ans, ingénieur agronome, le jeune homme est le promoteur des Ets Le Christal qu’il créé par passion en 2012, avec 200 000 FCFA. La société est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation d’aliments pour animaux, le suivi des fermes, l’installation d’élevages.

Animé par la passion qu’il a pour son travail et qui ne l’a jamais quitté, Vital Tchibozo arrive à surmonter moult difficultés mais se heure au défi du financement. L’accès au financement constitue un frein majeur pour les jeunes engagés sur le chemin de l’entrepreneuriat. « Mon problème était l’accès au financement. J’ai soumis mes projets à des banques en vain», se souvient le chef d’entreprise.

En 2018, il est retenu parmi les bénéficiaires du Projet de développement de l’agrobusiness au Bénin (PDAB) dont l’un des axes d’intervention est la mise en place d’un mécanisme de facilitation de l’accès au financement. Pour Vital Tchibozo, c’est le déclic. « Le PDAB a réglé mon problème en me mettant en contact avec le cabinet Sud capital qui m’a accompagné dans la rédaction de mon projet et l’a envoyé aux banques ».

Finement élaboré, le projet séduit et convainc les banques qui se ruent vers le jeune entrepreneur. « En deux mois, huit banques sont venues ici. Jusqu’aujourd’hui d’autres banques continuent de m’appeler». Il porte son choix sur une banque de la place et décroche un crédit de 100 millions de FCFA remboursable sur cinq ans. Ce prêt lui a permis  d’acquérir de nouvelles machines et de renforcer sa capacité de production. 

Aujourd’hui, Le Christal est présent aux quatre coins du Bénin avec 12 distributeurs. La société réalise des chiffres d’affaires annuels de plusieurs dizaines de millions de FCFA. « En 2021 nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 72 millions de FCFA ». La société  contribue en outre à l’employabilité dans cette localité rurale où elle est implantée, avec 15 salariés permanents et de nombreux occasionnels. 

Seule ombre au tableau, le défaut d’énergie électrique qui oblige Le Christal à utiliser un générateur budgétivore. En 2021 Vital Tchibozo déclare avoir déboursé près de 10 millions de FCFA rien qu’en gasoil, pour faire tourner les machines de l’entreprise.  

Des parcours inspirants

Comme Vital Tchibozo, Josiane Worou Edjalle fait aussi partie des bénéficiaires du PDAB. La jeune femme est la promotrice d’Eyram Services et Fils Sarl. Sise à Hêvié dans la commune d’Abomey-Calavi, la société est spécialisée dans la transformation d’ananas en jus et en cocktail sous la marque Jos (Jus optimal pour la santé). 

Diplômée en marketing et action commerciale, Josiane Worou Edjalle s’est lancée dans l’entreprenariat en 2011 après avoir démissionné du poste qu’elle occupait dans une société de téléphonie mobile. 

Pendant six ans, elle fait face à des montagnes de difficultés avant d’opter pour l’entreprenariat agricole. Elle suit une formation en agro-alimentaire au Centre Songhaï à Porto-Novo et s’essaie alors à plusieurs produits avant de faire le choix de l’ananas.

En 2019, elle rejoint le cercle des bénéficiaires du PDAB et profite de plusieurs sessions de renforcement de capacités sur des thématiques comme les bonnes pratiques d’hygiène, la fiscalité ou encore la comptabilité. « Ces formations nous ont beaucoup aidés. Il y a eu beaucoup d’amélioration dans notre structure » reconnaît la jeune entrepreneure. 

D’une quarantaine d’ananas transformés par jour à ses débuts, Eyram Services et Fils Sarl est passé aujourd’hui à trois tonnes. Les produits sont consommés au Bénin, mais aussi exportés dans la sous-région. Le 28 juillet 2022, grâce à l’appui d’autres partenaires, l’entreprise de Josiane Worou Edjalle a reçu l’agrément Uemoa/Cedeao qui lui ouvre désormais les portes des marchés des pays de la sous-région. 

Avec 30 employés dont 8 permanents, la dynamique cheffe d’entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle prospecte depuis un moment déjà du côté Nigéria et réfléchit à l’extension de sa structure.

Installé à Attogon dans la commune d’Allada, Francis Missohou est un autre bénéficiaire du PDAB. Promoteur de la micro entreprise Miva-Avaa, il s’est spécialisé dans la transformation. A l’aide d’une machine, il transforme principalement le soja en tourteaux, et le palmiste en huile. « L’approvisionnement en palmistes se fait sur place. Les graines de soja viennent du nord »

Comme les autres bénéficiaires, il a suivi plusieurs formations qui lui ont permis d’élaborer un projet bancable qui a retenu l’attention d’une institution financière de la place. Après la validation du projet, il a reçu un prêt de 2,5 millions remboursable sur deux ans. «Tout le financement a été débloqué. J’ai pu acheter les matières premières» explique-t-il. 

La clientèle de Miva-Avaa se répartit entre éleveurs et provenderies pour le tourteau, et fabricants de savon pour l’huile. L’entreprise, qui réalise un chiffre annuel de 18 millions de francs CFA environ, emploie des femmes principalement. Employées occasionnelles, leur nombre varie entre 4 et 5 selon les saisons. 

Formé en production végétale et animale au Centre Songhaï en 2002/2003, Francis Missohou compte valoriser ce potentiel dans le futur en le mettant au service de sa société.

Le PDAB en quelques chiffres

Comme Josiane, Vital et Francis, des centaines de jeunes béninois ont bénéficié du PDAB, un projet  qui vise à résorber le problème de l’emploi des jeunes et des femmes à travers la valorisation du potentiel agricole. Il s’agit concrètement, de professionnaliser l’activité agricole et para-agricole en autonomisant les bénéficiaires par la mise en place d’un système performant, durable et inclusif d’accompagnement, d’accès au financement et aux marchés sur les chaînes de valeurs.

A ce jour, 775 jeunes et femmes entrepreneurs ont été sélectionnés et formés sur la gestion d’une entreprise (gestion comptable, fiscale et financière). Le projet a accompagné 450 jeunes et femmes entrepreneurs, de la formalisation de leur entreprise au montage de leur plan d’affaires ; 32 entrepreneurs (dont 2 femmes) ont bénéficié de crédit mis en place par les structures de financement (4 entreprises pour les banques et 28 entreprises pour les institutions de microfinance) pour un montant global de 208 229 699 FCFA.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here