Home Enseignements Partage des résultats des projets RVRI et VaBRINOV à l’UAC: Pour pérenniser...

Partage des résultats des projets RVRI et VaBRINOV à l’UAC: Pour pérenniser la dynamique de valorisation des résultats de recherches innovations entamée

11
0

Après deux ans d’exécution, les équipes de coordination des projets RVRI et VaBRINOV à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) au Bénin ont exposé les résultats obtenus. C’est à la faveur d’un atelier de partage et de réflexion sur la problématique de la valorisation économique des résultats de recherche et innovations tenu vendredi 22 mars 2024 sur le campus d’Abomey-Calavi.

« Il y a deux ans, […] nous avons présenté à la communauté universitaire ce que nous voulons faire. A la fin du projet, c’était important de revenir pour dire ce que nous avons pu faire et surtout la suite ». Professeur Adam Ahanchede justifie en ces termes, l’organisation, vendredi dernier sur le campus d’Abomey-Calavi, de l’atelier de partage des résultats de deux projets du programme de Valorisation des résultats de la recherche et de l’innovation en Afrique de l’Ouest (VaRRIWA) financés par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) au Bénin. Il s’agit des projets Diagnostic du système d’innovation et renforcement des capacités des acteurs de recherche sur la valorisation et la protection des innovations au Bénin (VaBRINOV) et Renforcement du dispositif de valorisation de la recherche-innovation à l’Université d’Abomey-Calavi (RVRI-UAC).

Lancés le 15 juin 2022, ils sont portés respectivement par la Faculté des sciences agronomiques (FSA), et le vice-rectorat chargé de la recherche universitaire et la Fondation UAC/Startup Valley. Ces deux projets ont en commun la valorisation socio-économique des résultats de la recherche et de l’innovation produits à l’UAC, l’accroissement de la production d’innovations susceptibles d’être brevetées, l’éveil de l’intérêt des chercheurs pour les droits de propriété intellectuelle.

Transformer les résultats de recherche en opportunités tangibles

« La réflexion aujourd’hui, c’est comment on fait pour que ce que nous avons mis en place puisse continuer au niveau de tous les établissements », informe le coordonnateur du projet VaBRINOV, professeur Adam Ahanchede, à l’atelier de partage des résultats qui a réunit les chefs d’établissement et les directeurs des écoles doctorales. « Loin de se limiter seulement à partager les fruits des deux projets VaRRIWA à l’UAC, cette rencontre vise surtout à engager une réflexion profonde sur la valorisation économique des résultats de nos travaux de recherche», a précisé le vice-recteur chargée de la coopération, professeur Carine Nelly Kelome. « Notre objectif est clair : transformer nos résultats de recherche en opportunités tangibles qui répondent aux besoins de la société. Notre ambition est de placer nos universités et instituts de recherche dans cette dynamique globale de nous positionner comme des acteurs clés dans le paysage international de l’innovation et de la recherche, et du coup, du développement de notre chère patrie le Bénin», a-t-elle ajouté. « Si les chefs d’établissements ont été invités, c’est pour que dorénavant nous puissions au sein de nos établissements faire passer ce message pour tous les collègues, que les apprenants que nous formons, déjà niveau master et doctorant, soient imprégnés et que désormais nos résultats puissent réellement impacter le développement social de notre pays», a dit le doyen de la FSA, professeur Bonaventure Ahohuendo. Autrement, c’est pour que les résultats obtenus grâce à ces deux projets puissent se multiplier.

VaBRINOV a permis, d’une part, d’analyser et de comprendre le manque d’intérêt des chercheurs pour la valorisation socioéconomique de leurs résultats de recherche. C’est, entre autres, la non appropriation des procédures de protection, le manque d’impulsion institutionnelle pour l’usage des droits de propriété intellectuelle (DPI), les relations entre structure de recherche et institut de la propriété intellectuelle. D’autres part, il a été question de sensibiliser et de former plus de 300 personnes sur quatre campus.

Le second projet a permis la création de 12 startups dont 40% de femmes suivi d’appui financiers pour chacun d’eux; la formation de 15 chercheurs innovateurs dont 4 femmes sur les droits de propriété intellectuelle ; l’élaboration de 6 plans d’affaire ; l’actualisation de 6 plan d’affaire ; la soumission de 14 innovations à l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) pour l’obtention du brevet; etc, a informé le vice recteur chargé de la recherche universitaire, professeur Aliou Saïdou.

A l’atelier de partage de ces résultats, les chefs d’établissement et directeurs d’école réunis ont échangé et émis des idées pour la pérennisation. « Nous sommes réunis pour franchir ensemble de nouveaux pas décisifs. Ensemble, explorons les voies qui nous permettront de transformer nos connaissances en avantages concrets pour la société béninoise et le monde entier», a lancé le vice-recteur chargée de la coopération, professeur Carine Nelly Kelome.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here