Home Enseignements Réformes dans l’enseignement supérieur au Bénin: L’assainissement des EPES épingle l’Institut, ISAPAB

Réformes dans l’enseignement supérieur au Bénin: L’assainissement des EPES épingle l’Institut, ISAPAB

128
0

(14 candidats formés par un autre établissement non autorisé  éjectés de la phase pratique de l’examen national de licence 2023)

L’Institut Supérieur Agro-pastoral de Biotechnologie et de l’Environnement (ISAPAB) est à nouveau dans les mailles du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Il a été purement et simplement empêché d’entacher la réforme sur l’assainissement des Etablissements Privés de l’Enseignement Supérieur (EPES) par l’organisation des examens nationaux, au titre de 2023. Et pour maintenir cette  réforme  qui sert aujourd’hui d’exemple dans la sous-région, les 14 candidats venus d’un autre établissement non autorisé mais récupérés et présentés par l’ISAPAB, n’ont pas pu avoir accès au centre de compositions ce lundi 16 Octobre 2023. A l’origine, des irrégularités de non-conformité qui entachent leur participation à cet examen national. 

Des sources renseignent que dans le lot des étudiants présentés pour la filière agronomie, 14 candidats sont formés par un établissement non habileté à prendre part à ce test national. Dans la dynamique donc de maintenir toute la rigueur requise pour accompagner les efforts du gouvernement, la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur (DGES) a très vite fait de sortir l’ISAPAB de la liste des établissements ayant déposé leurs dossiers, pour  avoir présenté  des candidats formés dans une autre école. Alors que cet établissement qui a déjà porté plainte contre la DGES devant les tribunaux, crie aux mascarades sur tous les toits, il ferait mieux de ne pas aggraver la situation. Loin donc  d’un acharnement contre un institut aussi  importante dans la formation des cadres du pays, les responsables devraient s’en tenir à eux-mêmes afin de régulariser les choses aux prochaines éditions de cet examen.   

Précisons que dans le cadre d’une inspection, l’institut a déjà vu ses portes fermés par la DGES,  le mercredi 31 mai 2023. 

Une fermeture due à  des plaintes et dénonciations qui laissent croire que les textes en vigueur en République du Bénin sont violés au sein de l’institut. Ce qui a conduit à l’impréparation du promoteur qui n’avait  pas reconnu les faits qui lui sont reprochés. 

Rappelons qu’en 2020-2021, cet établissement n’a eu aucun étudiant inscrit. Et mieux, au titre de  2022-2023, cet institut compte moins de 10 étudiants en première année de Licence. Par quel miracle a-t-il alors formé les étudiants qu’il présente aujourd’hui si tant est que les conditions

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here