Home Enseignements Suivi des cantines scolaires au Bénin : Le message du représentant résident du...

Suivi des cantines scolaires au Bénin : Le message du représentant résident du PAM Ali Ouattara aux Ong partenaires

462
0

Du 20 au 23 septembre 2022, le nouveau représentant résident du Programme alimentaire mondial (PAM) au Bénin, Ali Ouattara, a visité plusieurs écoles dans les départements du Zou, Borgou et Atacora. Il est allé s’assurer de l’ouverture effective des cantines scolaires en ce début d’année académique 2022-2023 dans le cadre du Programme national d’alimentation scolaire intégré (PNASI). 

Dans chaque école, Ali Ouattara s’est informé des initiatives de pérennisation mais aussi des difficultés et donner des orientations. En fin de tournée, il a tenu une séance de travail avec les Ong partenaires représentées pour la circonstance par les coordonnateurs, les chargés de programme mais aussi les superviseurs pour que son message touche plus rapidement tous les niveaux de la pyramide dans la mise en œuvre des cantines scolaires. C’était à Natitingou, à la préfecture de l’Atacora. 

Dans son adresse préliminaire, le représentant résident a surtout insisté sur la rigueur et la synergie pour une mise en œuvre efficace et efficiente des activités de cantine scolaire dans toutes les écoles bénéficiaires. Ci-dessous, un extrait de son message. 

« J’ai préféré commencer par le Nord pour appuyer les collègues qui sont sur le terrain et les rassurer que nous sommes à l’écoute des préoccupations qu’ils ont dans la zone qui est la plus difficile compte tenu de la situation actuelle. J’ai suivi le processus de sélection des Ong cette année, qui a été un processus particulier parce qu’au niveau mondial, le PAM a mis en place un nouveau système de sélection des Ong à travers un portail. Le processus a été transparent de bout en bout. Il y a des anciennes Ong ; il y a de nouvelles Ong également du fait que nous avons amorcé une augmentation d’effectif. On est passé d’un taux de couverture autour de 54% pour arriver à un taux de 75%. Donc on devrait également augmenter le nombre d’Ong pour assurer une bonne couverture et aussi s’assurer que vous avez un dispositif en place qui permet d’assurer un bon suivi. […] 

Ce que nous allons souhaiter, c’est un bon suivi de l’activité sur le terrain. Vous savez que c’est une activité dont tient à cœur le gouvernement. L’engagement personnel du chef de l’Etat n’est plus à démontrer vis-à-vis de cette activité. L’activité est quasiment financée par le gouvernement béninois qui met à la disposition du PAM des ressources financières pour assurer la coordination et la mise en œuvre. A ce titre, il faut que l’activité soit mise en œuvre avec le grand sérieux de votre côté parce que c’est vous qui êtes en contact direct avec les bénéficiaires. 

Ali Ouattara dans l’un des magasins de stockage de vivre à Natitingou

La question des vivres, c’est un domaine sensible. J’ai compris que le gouvernement a pris des sanctions vis-à-vis de certains directeurs d’école qui avaient commis des malversations. C’est un signal fort qui permet aussi aux autres de savoir que ‘’si je m’amuse ça va être mon tour’’. Je vous assure que ce n’est pas le cas dans tous les pays. J’en connais des pays où d’abord, le gouvernement n’a pas un grand investissement qu’il apporte à la cantine mais pour les ressources que le PAM essaie de mobiliser pour mettre en œuvre des cantines, les vivres ne sont pas forcément bien gérés au niveau des écoles. Je l’ai vécu. Et lorsqu’on interpelle les structures, les sanctions ne suivent pas de façon à décourager d’autres potentiels -fautifs, ndlr-. Par contre ici, le gouvernement prend au sérieux et sanctionne comme il se doit. D’où, vous devez aussi mettre en œuvre l’activité de la manière la plus appropriée possible. 

Chaque année, le PAM procède aussi à l’évaluation des partenaires. Votre reconduction éventuelle dépend de la qualité de votre travail sur le terrain. Le gouvernement a eu confiance au PAM pour assurer la mise en œuvre de l’activité. Nous aussi nous allons mettre le maximum d’attention pour nous assurer que vous Ong partenaires, vous agissiez de la meilleure manière possible. Sinon, évidemment on serait obligé de prendre des mesures correctives parce que c’est nous qui rendons compte au gouvernement. 

Mais je suis sûr que, étant dans un domaine sensible de l’alimentation des enfants, nous avons tous le souci d’assurer cela de manière adéquate. Je suis sûr que fort de cela, vous allez vous engager de façon personnelle pour apporter le meilleur de vous-mêmes pour que les enfants puissent bénéficier de la cantine scolaire de la manière la plus appropriée possible. 

Depuis la mise en place des vivres, chaque soir nous faisons des réunions, nous sommes en contact pour voir comment les choses évoluent parce que pour moi, un (1) jour de retard de livraison constitue et un problème sérieux. Un (1) jour de retard de livraison, cela fait un (1) jour de repas en moins pour l’enfant. Ce n’est pas normal. Donc il n’y a pas de raison que nous fassions un jour de retard de livraison. C’est pour vous dire le sérieux avec lequel on prend la question de l’alimentation scolaire de façon générale. Je vous prie aussi de mettre en œuvre les activités avec cette rigueur là de sorte que nous tous nous puissions contribuer à cet élan vis-à-vis des enfants. Donc main dans la main, on s’accompagne pour assurer l’effectivité, l’efficacité et l’efficience de nos opérations d’alimentation scolaire au Bénin ».

Propos recueillis par Blaise Ahouansè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here