Home Enseignements Thèse à l’ED-SDI/UAC: Houétondoté Ghildas Raoul SEKLOKA décroche son doctorat en matériaux...

Thèse à l’ED-SDI/UAC: Houétondoté Ghildas Raoul SEKLOKA décroche son doctorat en matériaux et structures

403
0

(Il innove avec de nouveaux matériaux composites durables à base de terre argileuse)

Houétondoté Ghildas Raoul SEKLOKA accède au grade de docteur de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) dans la spécialité matériaux et structures, avec la côte A. C’est à l’issue de sa soutenance de thèse le mercredi 15 mars 2023 à l’Ecole polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC). Ses recherches ont porté sur le « Développement de matériaux composites durables à base de terre argileuse en vue de leur utilisation en couches d’assises de chaussées routières ».

La réalisation des infrastructures routières notamment dans la région sud du Bénin est de plus en plus onéreuse, et ce, environ trois fois plus, comparativement à la même infrastructure dans la région Nord du pays. Pour cause ! Entre autres, l’épuisement des matériaux conventionnels de route notamment la latérite. Houétondoté Ghildas Raoul SEKLOKA apporte des solutions face à cette urgence en matériaux alternatifs. Il y est arrivé au bout de ses recherches sur le thème, « Développement de matériaux composites durables à base de terre argileuse en vue de leur utilisation en couches d’assises de chaussées routières ». 

C’est l’objet de sa thèse de doctorat à l’Ecole doctorale des sciences de l’ingénieur (ED-SDI) de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), soutenue le mercredi 15 mars 2023 à l’Ecole polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC). Thèse pour laquelle le jury international présidé par professeur Emmanuel OLODO lui a décerné le grade de docteur de l’UAC dans la spécialité matériaux et structures, avec la côte A. « Le sujet de la thèse du candidat est d’actualité et vient répondre à un vrai besoin de recherche sur le développement de nouveaux matériaux routiers élaborés à partir du sable argileux ou des sables lagunaires ou concassés à partir de la technique de lithostabilisation », affirme le jury lors de la lecture de son procès-verbal.

Un projet de route de 200 millions F Cfa dans le Nord-Bénin peut coûter plus de 500 millions F Cfa au Sud du pays à cause de la rupture de la latérite, à en croire le directeur de cette thèse, professeur Mohamed GIBIGAYE. Pour le candidat, il est important de faire « la recherche des matériaux de substitution pour que les projets de route ne soient plus onéreux » et que les surcoûts engendrés par la rupture des matériaux conventionnels permettent de réaliser d’autres infrastructures routières. « L’objectif principal de cette étude est de définir de nouvelles démarches pérennes pour l’utilisation des sables argileux (terre de barre) en technique routière », a-t-il exposé en introduction de la présentation de ses recherches. 

Sur 5 ans, il s’est attelé à élaborer des matériaux composites d’assises de chaussée à base de salle argileux par lithostabilisation au sable lagunaire ou au sable concassé ; étudier le comportement macroscopique par la variabilité des performances mécaniques à court et à long termes dans différentes étapes hydrométriques des composites sélectionnés et traités au ciment ; étudier le comportement micro structural des composites développés ; faire une corrélation entre les paramètres de dimensionnement ; …

Une solution innovante, accompagnée bientôt d’un guide d’application

A terme, Houétondoté Ghildas Raoul SEKLOKA est arrivé à une innovation pour améliorer les propriétés du sable argileux et ajouter du ciment 32.5 pour servir de matériaux pour couche de chaussée en substitution de la latérite qui est indisponible dans la partie sud du Bénin. Ce sable argileux est fort bien disponible dans le sud-Bénin. « Le composite obtenu est utilisable en couche de fondation et de forme. Améliorés au ciment à des taux inférieurs à 5%, les composites obtenus sont proposables en couche de base », rapporte le jury. 

« Pour la suite, nous allons élaborer un guide de dimensionnement des chaussées. A base de ce guide, on pourra facilement utiliser ce matériaux (la terre de barre) désormais en construction routière », annonce Docteur Houétondoté Ghildas Raoul SEKLOKA. Notons que les résultats de cette étude ont déjà fait objet de deux publications. D’autres articles sont en attente de publication, à en croire le nouveau docteur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here