Home Enseignements UAC : l’amélioration de la filière tomate au cœur d’un colloque sous...

UAC : l’amélioration de la filière tomate au cœur d’un colloque sous régional

647
0

Des experts et chercheurs venus de plusieurs universités se retrouvent depuis hier, mercredi 27 juillet 2022, à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) au Bénin pour un colloque scientifique hybride de trois jours sur l’état des lieux des avancées scientifiques sur la filière tomate en Afrique de l’ouest. Autour du thème « La recherche scientifique face aux défis de la production durable et de la valorisation de la tomate dans un contexte de changement climatique», ils réfléchissent sur comment réduire les contraintes qui se posent aux producteurs, transformateurs, commerçants et même aux consommateurs dans cette filière. 

Cette filière est confrontée de plus en plus à plusieurs problèmes biotiques et abiotiques, a souligné le professeur Aliou Saïdou, vice recteur chargé de la recherche universitaire, représentant le recteur de l’UAC. Il s’agit entre autres, de « l’utilisation des engrais et pesticides de mauvaises qualités, la faible maîtrise de l’eau, la pression des maladies viroses, le flétrissement bactériens », a fait savoir docteur Angelo Djihinto, représentant le directeur scientifique de l’Institut National de Recherche Agricole du Bénin (INRAB). Ainsi, urge-t-il de mettre en exergue des solutions efficaces, écologiquement viables et adaptables pour y faire face. 

A ce propos, le  professeur Enoch Achigan Dako, directeur du laboratoire de génétique biotechnologie et sciences des semences (GBioS)  de la Faculté des sciences agronomiques (FSA) de l’UAC, président du comité d’organisation  du présent colloque, rapporte que « la variété de tomate rencontrée à hauteur de Kpomassè et Ouidah est une variété succulente qui a une bonne matière sèche qui peut être utilisé de différentes façons ». « Cette variété est un peu négligée. Il est important pour nous de ramener son fort potentiel et en même temps travailler à produire de nouvelles variétés pour servir aussi bien sur le marché régional que International » a-t-il relevé. 

Pour Aguèmon Dossa, directeur du cabinet du ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, l’idée est d’assurer l’amélioration de la productivité, la durabilité, la compétitivité en assurant une croissance  de 25% de la production globale. « Vos débats, vos réflexions, vos contributions et propositions vont nous être de la plus grande utilité pour amorcer la pente de la recherche scientifique et  technique sur la tomate au Bénin et dans la sous région», a-t-il ajouté.

Cultivée et faisant l’objet d’échanges réciproques entre des pays de la sous région ouest africaine créant ainsi une interdépendance, la tomate constitue l’une des légumes les plus consommés. Elle renferme plusieurs valeurs nutritives et constitue un anti-oxydant très efficace.

Il faut noter que la cérémonie d’ouverture de ce colloque a pris fin par une visite des stands de produits transformés à base de tomate. Cultivée et faisant l’objet d’échanges réciproques entre des pays de la sous région ouest africaine créant ainsi une interdépendance, la tomate constitue l’une des légumes les plus consommés. Elle renferme plusieurs valeurs nutritives et constitue un anti-oxydant très efficace.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here