Home Religion/Culture Festival international de danse : Ces surprises sur Agogo 2022 à Ouidah

Festival international de danse : Ces surprises sur Agogo 2022 à Ouidah

364
0

La 13ème édition du Festival international de danse Agogo a vécu du 7 au 9 janvier 2022 au Fort français de Ouidah. Elle se démarque des autres éditions de par plusieurs surprises qui, loin d’être des innovations le temps de trois jours de fête de la danse, constituent des empreintes sur la vie du festival mais aussi sur la ville de Ouidah et la promotion du patrimoine culturel immatériel béninois, africain et mondial.

Un siège du festival Agogo. Le Festival international de danse Agogo a désormais un siège. Non loin du commissariat central de la ville de Ouidah se dresse le joyau avec un édifice central à deux niveaux. L’inauguration a eu lieu au deuxième jour du festival, le samedi 8 janvier 2022. « Ça a coûté ; ce n’est pas amusant », a avoué le maître-chorégraphe promoteur du festival, professeur Adolphe Koffi Alladé, qui vient ainsi de réaliser un rêve cher à lui pour la promotion de la danse à la satisfaction de la famille des acteurs culturels. « Nous sommes contents d’apprendre que le festival à un siège. A partir de la 14ème édition, nous demandons au conseil communal – de Ouidah, ndlr- de nous permettre de passer le séjour là », a affirmé le Conseiller représentant des artistes au Conseil économique et social, Claude Balogoun. C’était déjà à l’annonce de ce siège lors de l’ouverture du festival qui s’est déroulée sous la maîtrise de cérémonie assurée par Happy Goudou, gestionnaire du patrimoine culturel et spécialiste des danses patrimoniales qui d’ailleurs gère la communication de ce festival depuis sa création en 2010. L’infrastructure abritant le siège dispose d’espace pour la résidence des artistes, la formation et la création, entre autres. 

Gilbert Déou Malè et son groupe en invité d’honneur. Le Festival international de danse Agogo a eu cette année un groupe de musique traditionnel du Bénin en invité d’honneur. Pour le premier numéro de l’expérience, le festival a invité le groupe de Tchingounmè Dèh whendo fondé et conduit depuis 1988 par l’artiste Ohanyon. Gilbert Déou Malè à l’état civil, ce compositeur chanteur est l’actuel directeur général du Fonds des arts et de la culture (FAC) au Bénin. Dans un tchingounmè qui fait un clin d’œil au brassage des cultures du Sud et du Nord à travers entre autres, l’accoutrement et les instruments – l’introduction du balafon-, Ohanyon a chanté l’histoire de Agogo. Sa prestation en une dizaine de minute fut l’un des tableaux marquant de la cérémonie d’ouverture du festival. Le mérité de cette « autorité-artiste » du département ministériel de la culture a été reconnu par l’Association national des compositeurs et chanteurs traditionnels du Bénin (ANCCTB). Des aînés de la discipline dont Blèkpon lui ont remis cette flûte longue symbole de transmission de ‘’pouvoir’’.  

Adolphe Koffi Alladé, président d’honneur de l’ANCCTB. A l’ouverture de Agogo 2022, l’ANCCTB a témoigné aussi des mérites du professeur Adolphe Koffi Alladé pour ses contributions à la culture et aux arts. Il a été nominé pour ce, président d’honneur de l’association. Outre sa troupe de ballet Les Super anges hwendo na bua, ce festival Agogo qu’il a initié et organise depuis 2010 est reconnu par le Directeur de l’ensemble artistique national du Bénin, Marcel Zounon, comme un des événements majeurs de valorisation, de promotion et de transmission du patrimoine culturel immatériel du Bénin au plan national mais aussi à l’international. Agogo met Ouidah sous les feux de rampes et lui donne un nom, d’après les témoignages du maire de la ville, Christian Mawugnon Houétchénou.

Blaise Ahouansè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here