Home Religion/Culture Projet ZOGNIDI: Un incubateur pour le leadership féminin dans le secteur des...

Projet ZOGNIDI: Un incubateur pour le leadership féminin dans le secteur des arts vivants

183
0

Pour le développement de compétences et de leadership des femmes dans le secteur des arts de scène au Bénin, l’association Tout Gran Theatr Djogbe initie le projet ZOGNIDI exposé aux médias, lors d’une conférence de presse donnée par l’équipe porteuse du projet le mardi 26 septembre 2023 à la Cité contemporaine de la recherche et de la création (CCRC) La B’az à Ouèdo.

Didier Sèdoha Nassègandé

« Le projet ZOGNIDI est une forme de couveuse pour le développement de compétences, de leadership des femmes dans le secteur de la culture, particulièrement dans les arts vivants ». Ainsi Didier Sèdoha Nassègandé résume le tout nouveau projet de l’association Tout Gran Theatr Djogbe. A la tête de l’équipe initiatrice, le conférencier face à la presse dans l’après-midi du mardi 26 septembre 2023 à La B’az à Ouèdo, explique que ce projet financé par la Coopération suisse au Bénin est né d’un certain nombre d’observations : « De façon générale, la femme a du mal à se positionner à cause des questions de culture, de sociologie, de philosophie, d’économie, de maternité, … Il en est de même dans le secteur des arts », rapporte-t-il. 

Par exemple, le taux de femmes qui portent et conduisent la mise en scène au Bénin est très faible, rapporte Didier Sèdoha Nassègandé. Le constat est criard dans la sous discipline de la scénographie. Ici, il n’y a aucune femme au Bénin qui puisse s’afficher comme scénographe avec une pratique avérée, d’après les sondages de Tout Gran Theatr Djogbe. Aussi, le pourcentage de femmes qui s’engagent et se démarquent dans le management du produit culturel est-il très faible à part ces rares femmes qui, pour avoir donné de l’argent à un artiste pour une composition, estiment être promotrices culturelles.

Une équipe de la B’az

La réponse de Tout Gran Theatr Djogbe

« Tout ceci n’est pas forcément par manque d’envie au niveau de la femme mais plutôt du fait qu’il n’y a pas de dispositif qui encourage l’entrepreneuriat culturel féminin, le développement du leadership culturel féminin », relève le premier leader de Tout Gran Theatr Djogbe. Didier Sèdoha Nassègandé indique que le projet ZOGNIDI est une contribution de Tout Gran Theatr Djogbe pour la mise en place d’un tel dispositif afin de pousser la femme dans le positionnement artistique et culturel.

Pour l’instant, il ne s’agit pas d’embrasser toutes les disciplines des arts et de la culture. ZOGNIDI est concentré sur 4 sous disciplines à savoir : management et administration de produits culturels, mise en scène, scénographie et critique d’art. Vingt (20) femmes à raison de cinq (5) par catégorie bénéficieront d’une formation théorique de trois (3) mois, puis pratique de deux (2) mois pour se spécialiser, à en croire le chargé de programmation de La B’az, Donatien Codjo Sodégla.

Donatien Codjo Sodégla

A la fin de la formation, ces femmes participeront à un appel à projet interne. Chaque projet doit être porté par un trinôme de manageuse-administratrice, de metteuse en scène et de scénographe. Les trois meilleurs trinômes au regard de leur projet de création respectif bénéficieront chacun de la « Bourse Agoodjié pour la création » et la diffusion. Ce sera au moins quatre représentations par création à travers le Bénin. Il y aura deux appels à candidature internes pour l’octroi de cette bourse. Au terme de chaque appel, les femmes formées mais qui ne seront pas lauréates à travers un trinôme seront déployées en assistanat sur les projets retenus. 

En sommes, le projet ZOGNIDI, ce sera 15 mois de mise en œuvre ; 20 femmes qui seront formées aux « profils spécialisés de metteuse en scène, scénographe, manageuse de produits culturels et critique d’art, avec une connaissance de l’usage de l’outil numérique »; six « Bourse Agoodjié pour la création »; au moins 24 représentations ; minimum 25 articles de fond comme exercice pratique de critique d’art. « C’est pour que demain, ces femmes puissent, elles-mêmes, s’autodéfinir, se mettre debout », résume Didier Sèdoha Nassègandé. En image ci-dessous, l’appel à candidature. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here