Home Afrique-Inter 17ème Journée mondiale de lutte contre le paludisme: Le Bénin entame l’administration...

17ème Journée mondiale de lutte contre le paludisme: Le Bénin entame l’administration du vaccin antipaludique aux enfants

53
0

(« Un vaccin sûr », gratuit, quatre doses)

La célébration de la 17ème édition de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme et la quinzaine de mobilisation sociale au Bénin marque un tournant important dans le combat contre cette maladie dans ce pays. La cérémonie officielle, ce jeudi 25 avril 2024 à Allada, a été marquée par le lancement de l’introduction du vaccin antipaludique dans le Programme élargi de vaccination (Pev) des enfants de moins de cinq ans au Bénin.

Au Bénin, les enfants de 6 à 12 mois reçoivent déjà leur première dose du vaccin antipaludique RTS,S. Le ministre de la santé, professeur Benjamin HOUNKPATIN a administré la toute première dose à la petite fille Fènou Clarita de 6 mois portée sur les cuisses de sa mère, dame Alicia Gnanvo dans la matinée de ce jeudi 25 avril 2024 dans l’enceinte de l’Ecole normale des instituteurs d’Allada. Il sera suivi dans le geste par le représentant résident par intérim de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Bénin, Dr Jean Kouamé KONAN. Ils donnent ainsi le top de l’introduction du vaccin contre le paludisme en République du Bénin. C’est à l’occasion du lancement des manifestations officielles marquant la 17ème édition de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme et la quinzaine de mobilisation sociale au Bénin.

« Un vaccin sûr », gratuit, quatre doses

L’introduction de ce vaccin est un progrès remarquable dans la lutte contre cette maladie, s’est réjoui l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Bénin. « C’est un jour historique », dira Dr Jean Kouamé KONAN au nom des partenaires techniques et financiers intervenant dans le secteur de la santé au Bénin. Il indique que l’introduction du vaccin antipaludique est un arsenal important recommandé par l’OMS depuis octobre 2021 après les résultats concluants d’un programme pilote au Ghana, au Kenya et au Malawi qui a permis de protéger plus de 2 millions d’enfants contre les formes graves du paludisme. « L’introduction pilote du vaccin a eu un impact substantiel, avec une réduction des hospitalisations pédiatriques de l’ordre de 22% et une réduction de 13% de la mortalité, toutes causes confondues chez les enfants en âge de recevoir le vaccin y compris dans les régions où l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticide et l’accès aux soins sont satisfaisants », rapporte Dr Jean Kouamé KONAN.

« Ce vaccin est un vaccin sûr qui permet de protéger les enfants contre les formes graves du paludisme », affirme le ministre béninois de la santé, professeur Benjamin HOUNKPATIN, convaincu de ce que ce vaccin va accélérer l’atteinte de l’objectif d’élimination du paludisme d’ici à 2030. Rassurant les parents de l’efficacité et de l’innocuité dudit vaccin, il les invite à faire vacciner les enfants de 6 mois à 1 ans, cible de la première dose ; et surtout à respecter les rendez-vous du calendrier vaccinal. C’est un processus de 4 doses au total pour chaque enfant, et ce, entièrement gratuit pour tous les enfants cibles quels que soient leurs statuts socio-économiques.

Sans rupture avec les mesures antipaludiques antérieures

Le ministre de la santé a insisté sur le fait que l’introduction du vaccin antipaludique est une approche intégrée et complémentaire. Professeur Benjamin HOUNKPATIN souligne que l’initiative n’élimine pas l’utilisation des autres mesures recommandées par l’OMS que le Bénin met en œuvre dont la lutte antivectorielle intégrée à travers l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action ; la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants de moins de 5 ans ; le traitement préventif chez les femmes enceinte et chez les nourrissons et l’assainissement du cadre de vie. « La combinaison de la vaccination avec les autres mesures de lutte contre le paludisme […] va contribuer à réduire significativement les décès liés au paludisme », affirme Dr Jean Kouamé KONAN.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here